Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 13:51

Elle se situe sur la commune de Goulien dans le finistère. 

Elle a été crée en 1958 et depuis 1973 est gérée par l'association Bretagne Vivante-SEPNB.

La réserve couvre les falaises, la pelouse maritime et abrite quelques espèces emblématiques : fulmars, goélands, caves, faucon pèlerin .....

Un lien :

http://www.reserve-cap-sizun.org

 

 

La réserve ornitho du Cap Sizun

Quelques images du site prises en avril 2017

Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.

Un paysage de falaises et de landes maritimes.

Quelques oiseaux photographiés en avril 2017

Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau

Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau

Notes de terrain

Notes prises lors de la visite en avril 2017
Notes prises lors de la visite en avril 2017
Notes prises lors de la visite en avril 2017

Notes prises lors de la visite en avril 2017

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 13:43

Suite des articles sur le dernier voyage en Bretagne aux vacances de pâques. 

Aujourd'hui un oiseau que je n'avais encore jamais observé : le fulmar boréal. Un oiseau typiquement marin !

J'ai pu observer une colonie lors de ma visite à la réserve naturelle du Cap Sizun ( article à suivre ). 

Couple de fulmars sur la plateforme qui leur servira de nid

Couple de fulmars sur la plateforme qui leur servira de nid

Le corps et la tête de l'oiseau sont blancs, les ailes grises plus ou moins tachetées. Son envergure est d'environ 1 m.

Le bec est caractéristique. Il est gris, légèrement tordu avec un bout jaune et des narines tubulaires sur le haut du bec.

C'est un oiseau qui est lié aux falaises escarpées de l'Atlantique Nord en période de nidification. En dehors, il mène une vie pélagique.

On compte en France 1 200 couples environ.

 

Bec caractéristique de la famille des fulmars

Bec caractéristique de la famille des fulmars

Au printemps, une falaise peut accueillir une trentaine de couples. ceux ci sont composés de jeunes immatures qui recherchent un futur lieu de nidification et des couples nicheurs.

En mai, ne resteront que les couples nicheurs soit une petite dizaine pour notre exemple. Les autres retourneront au large.

Le nid est extrêmement rudimentaire puisqu'il se compose juste d'un replat de la falaise.

En mai, la femelle pond un seul oeuf et il n'y aura pas d'autre ponte dans l'année. L'incubation dure une cinquantaine de jours où le mâle et la femelle se relaient tous les deux ou trois jours.

 

Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )
Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )

Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )

En été, un dizaine de jour après l'éclosion, le petit est laissé seul par ses parents qui partent au ravitaillement en mer.

Il est nourri principalement par des calmars. Son élevage dure une soixantaine de jours. Quand ses parents l'estimeront assez grand, ils l'abandonneront et c'est la faim qui le poussera à l'envoler.

On estime à 50% la réussite dans la reproduction chez le fulmar.

Attitude caractéristique pour ne pas être vu des prédateurs ...

Attitude caractéristique pour ne pas être vu des prédateurs ...

A l'automne, le jeune fulmar quitte la terre pour plusieurs années de vagabondages océaniques et doit apprendre à se nourrir seul. ( on a vu des jeunes "bretons" jusqu'au Groenland, au Canada ou en mer de Barents ). Les adultes restent plus près du continent.

 

 

Le fulmar est un excellent planeur.
Le fulmar est un excellent planeur.

Le fulmar est un excellent planeur.

En hiver, souvent en décembre ou janvier, le fulmar revient sur les falaises à la recherche d'un site pour nicher.

 

Attention ! : Si vous menacez un fulmar ( en volant trop près par exemple ... nan je rigole ! ) il adopte la tactique du lama et peut vous cracher à quelques mètres de distance un jet liquide huileux et nauséabond !

le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 08:25

C'est un oiseau lié au milieu marin. On le trouve en colonies le long du littoral rocheux océanique : Bretagne et normandie et maintenant dans le nord.

Au printemps, les mouettes reviennent sur les côtes pour faire un nid sur une aspérité d'une falaise. Les mâles et les femelles s'occupent ensemble des petits dans la couvaison et le nourrissage.

En été, les familles de mouettes s'envolent vers le grand large pour une année ! Certains oiseaux bagués en Bretagne au cap Sizun ont été observés sur la côte ouest du ... Groenland !

A l'automne, les oiseaux vagabondent dans l'atlantique nord où ils se nourrissent et essaient d'échapper aux tempêtes. Ces conditions de vie très difficiles font qu'un oiseau sur deux vont mourir ...

Début décembre voit les oiseaux revenir vers leur falaise préférée. Ils resteront au pied des falaises où ils forment souvent des radeaux flottants de quelques individus à parfois plus d'une cinquantaine.

Bec jaune et pattes noires avec trois doigts ( tridactyles ). L'envergure de la mouette avoisine le mètre.

Bec jaune et pattes noires avec trois doigts ( tridactyles ). L'envergure de la mouette avoisine le mètre.

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux milieu marin
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 13:36
Pyrrhocorax pyrrhocorax - pointe de Pen Hir ( Avril 2017 )

Pyrrhocorax pyrrhocorax - pointe de Pen Hir ( Avril 2017 )

Cet oiseau de bord de mer fait partie de la famille des corvidés ( corbeaux, corneilles, choucas et chocards ). Il lui faut impérativement pour vivre une pelouse aérohaline et des falaises rocheuses.

Sa morphologie lui permet un vol rapide qui ressemble beaucoup à celui des rapaces : ailes courtes, larges terminées par des rémiges digitées ( vol plané ), queue arrondie ( changements de cap radicaux ) et corps aérodynamique.

Le rouge carmin de son bec et de ses pattes contraste avec le noir de son corps. Très maniaque, on peut souvent l'observer se nettoyant le bec.

Principalement insectivore, il se nourrit de petites bêtes du sol : araignées, larves diverses, coléoptères....

Il se reproduit pour la première fois à l'âge de 3 ou 4 ans.

 

pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

Les quatre saisons du crave.

Au printemps, dès que la durée du jour diminue c'est le signal pour la reproduction chez les oiseaux. 

Le territoire du couple de crave se restreint à la grotte où sera installé le nid et ses alentours.

Fin avril, la femelle pond 4 à 5 oeufs. Elle est nourrie par le mâle pendant la couvaison, ensuite les deux parents nourriront les petits ensemble.

 

L'été voit de début juin à début juillet l'envol des nichées. Sur les 4 à 5 petits, seuls 3 souvent arrivent au stade de l'envol.

On peut alors observe sur les pelouses des familles de 4 à 6 oiseaux en quête de nourriture. Les parents nourrissent toujours les petits qui apprennent par imitation à se nourrir seuls.

 

Avec l'automne se termine la vie de famille pour les caves, les reproducteurs retrouvent alors leur vie de couple.

Les immatures de déplacent pour trouver un nouveau territoire.

 

L'hiver est la saison de tous les dangers pour les craves. C'est un oiseau sédentaire qui passe l'hiver en Bretagne. 

Avec les dépressions atlantiques et les coups de vents violents et forts, les insectes se font rares. La nourriture devient rare et les plus faibles des oiseaux ne verront pas le printemps.

 

Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )
Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

En Bretagne, il est présent là où il peut trouver des pelouses et des falaises. 

Du sud au nord : Belle île, cap Sizun, presqu'ile de Crozon, Léon et Ouessant

 

C'est un oiseau qui est menacé et sa présence devient très rare en Bretagne ( 40 couples recensés en 2004 ). Son déclin est constaté sur toute son aire de répartition.

crave sur la pelouse de Kerlouan ( dans le Léon - Juillet 2008 )

crave sur la pelouse de Kerlouan ( dans le Léon - Juillet 2008 )

Extrait de mon carnet de notes de terrain

Extrait de mon carnet de notes de terrain

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux milieu marin
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 10:48

Erithacus rubecula de son petit nom latin, le rougegorge sous ses airs bien sympa est un voyou malpoli et bagarreur !

Rougegorge !

On devrait dire les rougegorges car celui qu'on peut observer en hiver n'est pas celui qu'on observe en été.

La première chose que fait le rougegorge lorsqu'il revient sur son territoire c'est de le reconquérir si un intrus s'y est installé et y chanter aux quatre coins pour s'imposer et surtout attirer une femelle.

En se posant un moment dans le jardin, il est assez facile de distinguer le ou les territoires des rougegorges en observant les chants qui se répondent, les déplacements, défis et courses poursuites !

Rougegorge !
Rougegorge !
Rougegorge !
Rougegorge !
Rougegorge !
Rougegorge !
Rougegorge !
Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 10:30

Les pinsons ne viennent pas souvent à la mangeoire, ils recherchent plutôt leur nourriture sous les arbres du talus.

Chercher la nourriture sous la neige
Chercher la nourriture sous la neige
Chercher la nourriture sous la neige
Sous la surveillance de la mésange charbonnière
Sous la surveillance de la mésange charbonnière
Sous la surveillance de la mésange charbonnière

Sous la surveillance de la mésange charbonnière

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 14:15
Groupe de 90 cigognes qui cerclent dans le ciel de Chambéry

Groupe de 90 cigognes qui cerclent dans le ciel de Chambéry

Lundi 15 aout, nous étions à Bissy dans la banlieue de Chambéry.

Nous avons pu observer un groupe de 90 cigognes qui cerclaient tranquillement dans une pompe.

La Savoie et la Haute Savoie sont des routes de migration pour les cigognes. celles-ci se mettent en route aux alentours de la mi-aout et il n'est pas rare d'en observer :

L'an dernier, le 27 aout 2015, un groupe d'une cinquantaine d'individus a fait une halte migratoire sur le toit d'un immeuble à Cognin.

Le 25 aout 2010, un groupe d'une dizaine d'oiseaux a été observé sur le toit d'une maison.

en 2015, j'ai observé un individu isolé à La Gache près de Pontcharra

principe du vol à voile ou la migration sans se fatiguer !!!

principe du vol à voile ou la migration sans se fatiguer !!!

1 : Le soleil réchauffe l'air au niveau du sol

2 : l'air chaud monte en spirales à certains endroits : c'est un thermique

3 : les cigognes ailes dépolyées se laissent porter par l'air chaud et montent sans efforts

4 : Arrivées en haut, elle se laissent tomber jusqu'au prochain thermique

5 : et elles recommencent .....

Cigognes en migration
Cigognes en migration
Cigognes en migration
Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux migration
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 16:19

Nous sommes habitués à voir les soirs d'été dans le ciel au dessus du village des martinets noirs or depuis quelques soirs, ce sont des martinets à ventre blanc ( martinet alpin - Apus melba ) qui viennent chasser au dessus de la plaine et du village.

Je n'en avais jamais vu à cet endroit mais plutôt en altitude en Chartreuse ou dans le Vercors.

C'est pour moi un oiseau plutôt d'altitude.

Actuellement le temps est venteux et nuageux : rouleaux de nuages sur la barrière de falaises au dessus le la vallée, fort vent du nord en altitude. C'est peut être une raison de leur présence en plaine ?

extrait de mon carnet de terrain

extrait de mon carnet de terrain

Repost 0
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 17:03

Le cincle plongeur ( Cinclus cinclus ) est un passereau caractéristique des eaux courantes des collines et des montagnes.

Il fréquente des eaux de bonne qualité, il est donc un indice précieux de l'estimation de la pollution d'un cours d'eau.

Cet oiseau est bien distribué sur tout l'arc alpin : de l'étage pré-alpin jusque vers 1800 m. il a été observé au maximum à des altitudes de 2200 à 2300 m.

Appelé merle d'eau, le cingle se reconnait aisément à son cou et sa poitrine blanche

Appelé merle d'eau, le cingle se reconnait aisément à son cou et sa poitrine blanche

Nous avons pu l'observer assez longtemps car s'il est discret, il ne semble pas farouche lorsqu'on est à bonne distance.

Nous avons pu l'observer en train de chasser. Tout d'abord posté sur les cailloux, il chasse en marchant sur le fond de l'eau parfois partiellement immergé d'autres fois totalement immergé.

On peut le voir dans les endroits où il y a du courant, nager à la surface, ses ailes lui servant de pagaies.

Une fois qu'il a fait le plein de larves et d'insectes, il se poste sur un rocher et déguste ses proies.

cincle en action de chasse
cincle en action de chasse
cincle en action de chasse

cincle en action de chasse

LE CALENDRIER DU CINCLE

 

Au printemps :

le cincle fait deux couvées : une fin mars, l'autre en mai.

La couvaison dure 15 jours et l'élevage des jeunes prend trois semaines. 

Les jeunes savent nager avant de voler. Ils se dispersent le long de la rivière à la recherche de nouveaux territoires.

Pour les parents, le cycle de couvaison reprend.

 

L'été :

Les couvaisons terminées, chaque membre de la "famille" vit sa vie de façon autonome. Lors des fortes chaleurs, on peut les observer cachés sous de grosses pierres.

 

L'automne :

C'est le moment où le cincle se gave de nourriture afin de se constituer une fine couche de graisse qui lui servira à se protéger des basses températures de l'hiver.

 

L'hiver :

En fonction de la dureté du gel, le cincle migre vers des altitudes basses, en général sous 1 000 m.

Dès février, la construction du nid commence. Les deux adultes participent à l'élaboration du nid ( une grosse boule de mousse, de terre et de brindilles ).

 

 

 

Le cincle plongeur, un autre oiseau des torrents.
Le cincle plongeur, un autre oiseau des torrents.
Le cincle plongeur, un autre oiseau des torrents.
Le cincle plongeur, un autre oiseau des torrents.

Du fait de la pollution des cours d'eau et des aménagements hydroélectriques, les populations de cincles sont en régression.

Le cincle plongeur, un autre oiseau des torrents.
Repost 0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 17:37

La bergeronnette des ruisseaux est un passereau de la famille des Motacillidés. Oiseau typique des torrents de montagne, elle est bien répartie sur tout l'arc alpin où elle est commune jusqu'à une altitude de 1700 m.

Nous avons pu l'observer sur le Guiers dans le cirque de Saint Même où le fond du cirque avec la prairie et les berges caillouteuses du torrent se prêtent bien à sa présence.

le dessous est jaune citron, avec des ailes brun sombre, un sourcil blanc. La femelle a la gorge blanche et le mâle la gorge noire en été.

le dessous est jaune citron, avec des ailes brun sombre, un sourcil blanc. La femelle a la gorge blanche et le mâle la gorge noire en été.

Elle fait son nid dans des cavités naturelles.

Il y a deux couvées par an avec en moyenne 4 poussins.

Cette espèce s'observe tout au long de l'année en milieu alpin. 

Elle migre partiellement en hiver sous l'altitude de 1000 m 

Zoom sur la bergeronnette des ruisseaux
Zoom sur la bergeronnette des ruisseaux

Nous avons pu observer les attitudes caractéristiques des bergeronnettes : des mouvements de queue incessants et une marche rapide et nerveuse.

Les oiseaux sautaient de pierres en pierres et d'un saut rapide attrapaient des insectes volant au dessus de l'eau.

Bergeronnette en chasse
Bergeronnette en chasse
Bergeronnette en chasse

Bergeronnette en chasse

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux
commenter cet article