Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 13:51

Elle se situe sur la commune de Goulien dans le finistère. 

Elle a été crée en 1958 et depuis 1973 est gérée par l'association Bretagne Vivante-SEPNB.

La réserve couvre les falaises, la pelouse maritime et abrite quelques espèces emblématiques : fulmars, goélands, caves, faucon pèlerin .....

Un lien :

http://www.reserve-cap-sizun.org

 

 

La réserve ornitho du Cap Sizun

Quelques images du site prises en avril 2017

Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.
Un paysage de falaises et de landes maritimes.

Un paysage de falaises et de landes maritimes.

Quelques oiseaux photographiés en avril 2017

Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau
Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau

Goélands, fulmars, fou de bassan, choucas, cormoran, grand corbeau

Notes de terrain

Notes prises lors de la visite en avril 2017
Notes prises lors de la visite en avril 2017
Notes prises lors de la visite en avril 2017

Notes prises lors de la visite en avril 2017

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 13:43

Suite des articles sur le dernier voyage en Bretagne aux vacances de pâques. 

Aujourd'hui un oiseau que je n'avais encore jamais observé : le fulmar boréal. Un oiseau typiquement marin !

J'ai pu observer une colonie lors de ma visite à la réserve naturelle du Cap Sizun ( article à suivre ). 

Couple de fulmars sur la plateforme qui leur servira de nid

Couple de fulmars sur la plateforme qui leur servira de nid

Le corps et la tête de l'oiseau sont blancs, les ailes grises plus ou moins tachetées. Son envergure est d'environ 1 m.

Le bec est caractéristique. Il est gris, légèrement tordu avec un bout jaune et des narines tubulaires sur le haut du bec.

C'est un oiseau qui est lié aux falaises escarpées de l'Atlantique Nord en période de nidification. En dehors, il mène une vie pélagique.

On compte en France 1 200 couples environ.

 

Bec caractéristique de la famille des fulmars

Bec caractéristique de la famille des fulmars

Au printemps, une falaise peut accueillir une trentaine de couples. ceux ci sont composés de jeunes immatures qui recherchent un futur lieu de nidification et des couples nicheurs.

En mai, ne resteront que les couples nicheurs soit une petite dizaine pour notre exemple. Les autres retourneront au large.

Le nid est extrêmement rudimentaire puisqu'il se compose juste d'un replat de la falaise.

En mai, la femelle pond un seul oeuf et il n'y aura pas d'autre ponte dans l'année. L'incubation dure une cinquantaine de jours où le mâle et la femelle se relaient tous les deux ou trois jours.

 

Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )
Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )

Zone de nidification sur le pan de falaise ( les points blancs ! )

En été, un dizaine de jour après l'éclosion, le petit est laissé seul par ses parents qui partent au ravitaillement en mer.

Il est nourri principalement par des calmars. Son élevage dure une soixantaine de jours. Quand ses parents l'estimeront assez grand, ils l'abandonneront et c'est la faim qui le poussera à l'envoler.

On estime à 50% la réussite dans la reproduction chez le fulmar.

Attitude caractéristique pour ne pas être vu des prédateurs ...

Attitude caractéristique pour ne pas être vu des prédateurs ...

A l'automne, le jeune fulmar quitte la terre pour plusieurs années de vagabondages océaniques et doit apprendre à se nourrir seul. ( on a vu des jeunes "bretons" jusqu'au Groenland, au Canada ou en mer de Barents ). Les adultes restent plus près du continent.

 

 

Le fulmar est un excellent planeur.
Le fulmar est un excellent planeur.

Le fulmar est un excellent planeur.

En hiver, souvent en décembre ou janvier, le fulmar revient sur les falaises à la recherche d'un site pour nicher.

 

Attention ! : Si vous menacez un fulmar ( en volant trop près par exemple ... nan je rigole ! ) il adopte la tactique du lama et peut vous cracher à quelques mètres de distance un jet liquide huileux et nauséabond !

le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
le fulmar boreal ( Fulmarus glaciaris )
Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 08:25

C'est un oiseau lié au milieu marin. On le trouve en colonies le long du littoral rocheux océanique : Bretagne et normandie et maintenant dans le nord.

Au printemps, les mouettes reviennent sur les côtes pour faire un nid sur une aspérité d'une falaise. Les mâles et les femelles s'occupent ensemble des petits dans la couvaison et le nourrissage.

En été, les familles de mouettes s'envolent vers le grand large pour une année ! Certains oiseaux bagués en Bretagne au cap Sizun ont été observés sur la côte ouest du ... Groenland !

A l'automne, les oiseaux vagabondent dans l'atlantique nord où ils se nourrissent et essaient d'échapper aux tempêtes. Ces conditions de vie très difficiles font qu'un oiseau sur deux vont mourir ...

Début décembre voit les oiseaux revenir vers leur falaise préférée. Ils resteront au pied des falaises où ils forment souvent des radeaux flottants de quelques individus à parfois plus d'une cinquantaine.

Bec jaune et pattes noires avec trois doigts ( tridactyles ). L'envergure de la mouette avoisine le mètre.

Bec jaune et pattes noires avec trois doigts ( tridactyles ). L'envergure de la mouette avoisine le mètre.

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux milieu marin
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 13:36
Pyrrhocorax pyrrhocorax - pointe de Pen Hir ( Avril 2017 )

Pyrrhocorax pyrrhocorax - pointe de Pen Hir ( Avril 2017 )

Cet oiseau de bord de mer fait partie de la famille des corvidés ( corbeaux, corneilles, choucas et chocards ). Il lui faut impérativement pour vivre une pelouse aérohaline et des falaises rocheuses.

Sa morphologie lui permet un vol rapide qui ressemble beaucoup à celui des rapaces : ailes courtes, larges terminées par des rémiges digitées ( vol plané ), queue arrondie ( changements de cap radicaux ) et corps aérodynamique.

Le rouge carmin de son bec et de ses pattes contraste avec le noir de son corps. Très maniaque, on peut souvent l'observer se nettoyant le bec.

Principalement insectivore, il se nourrit de petites bêtes du sol : araignées, larves diverses, coléoptères....

Il se reproduit pour la première fois à l'âge de 3 ou 4 ans.

 

pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

Les quatre saisons du crave.

Au printemps, dès que la durée du jour diminue c'est le signal pour la reproduction chez les oiseaux. 

Le territoire du couple de crave se restreint à la grotte où sera installé le nid et ses alentours.

Fin avril, la femelle pond 4 à 5 oeufs. Elle est nourrie par le mâle pendant la couvaison, ensuite les deux parents nourriront les petits ensemble.

 

L'été voit de début juin à début juillet l'envol des nichées. Sur les 4 à 5 petits, seuls 3 souvent arrivent au stade de l'envol.

On peut alors observe sur les pelouses des familles de 4 à 6 oiseaux en quête de nourriture. Les parents nourrissent toujours les petits qui apprennent par imitation à se nourrir seuls.

 

Avec l'automne se termine la vie de famille pour les caves, les reproducteurs retrouvent alors leur vie de couple.

Les immatures de déplacent pour trouver un nouveau territoire.

 

L'hiver est la saison de tous les dangers pour les craves. C'est un oiseau sédentaire qui passe l'hiver en Bretagne. 

Avec les dépressions atlantiques et les coups de vents violents et forts, les insectes se font rares. La nourriture devient rare et les plus faibles des oiseaux ne verront pas le printemps.

 

Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )
Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

Craves à la pointe de Pen Hir ( avril 2017 )

En Bretagne, il est présent là où il peut trouver des pelouses et des falaises. 

Du sud au nord : Belle île, cap Sizun, presqu'ile de Crozon, Léon et Ouessant

 

C'est un oiseau qui est menacé et sa présence devient très rare en Bretagne ( 40 couples recensés en 2004 ). Son déclin est constaté sur toute son aire de répartition.

crave sur la pelouse de Kerlouan ( dans le Léon - Juillet 2008 )

crave sur la pelouse de Kerlouan ( dans le Léon - Juillet 2008 )

Extrait de mon carnet de notes de terrain

Extrait de mon carnet de notes de terrain

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux milieu marin
commenter cet article
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 07:23

 

La zone des plages de sable et de la dune est constituée principalement de dépots de sables marins où se développe quelques espèces spécifiquement bretonnes.

 

P1350798photoal

 

 

Vue de la zone dunaire à Rudoloc


 

Ce milieu est dynamique c'est à dire qu'il subit des processus d'accrétion et d'érosion de matériaux meubles et non cohérents.

Il s'ensuit une zonation végétale de la plage au continent. Chaque partie de la zonation est caractérisée par un ensemble de facteurs écologiques d'intensité variable en fonction de la proximité de la mer et des saisons.

 

Les hauts de plage.

 

 

haut de plage

 

 

 

Le haut de plage correspond à la zone de dépot des laisses de mer pendant les hautes mer vives et les eaux des marées d'équinoxe.

En dehors de cette période, il y a décomposition des algues et donc apport nutritionnel pour le développement de plantes à cycle court telles que : la roquette de mer, l'arroche des sables, la soude brulée.

Ces plantes sont dites halonitrophiles car elles aiment les sols riches en sel et azote.

 


 

chou marin

 

Chou marin ( Crambe maritima )

 

 

 

cakilier maritime2

 

Cakilier maritime ( Calike maritima )

 

 

 

pourpiers

 

Pourpier ( Honckenya peploides )

 

 

oyat

 

Oyat (Ammophila arenaria )

 

 

arroche de bagbinton

 

 

Arroche de babington (Atripex glabriuscula )

 

 

La dune blanche fixée

 

 

Vient ensuite la dune blanche fixée.

 

oyat et chiendent

 

 

Oyats sur la dune fixée.


Sur cette dune, le sable est mobile et se déplace sous l'action du vent qui empêche la végétalisation.

La végétation se fixe par le bas par une première ceinture formée par le chiendent des sables et une seconde ceinture en haut formée par les oyats.

On trouve parmi ces deux ceintures des espèces fixatrices telles que : le liseron des dunes, le plantain lancéolé, le chardon bleu.

 

Ce milieu est extrémement fragile et très sensible au piétinement. A Kerlouan cette zone est entièrement délimitée pour éviter que les gens y pénètrent.

 

 

panicaut2

Panicaut de mer ( Eryngium maritimum )

 

 

detail fleur panicaut

 

 

Fleur de panicaut de mer ( Eryngium maritimum )

 

 

giroflee

 

 

Giroflée des dunes ( Matthiola sinuata )

 

 

 

fleur giroflee

 

 

Fleur de giroflée

 

 

  La dune grise

 

 

La dune grise est naturellement fixée. Elle tient son nom au fait qu'une couche organique grise est observable à la surface du sol.

 

A Rudoloc, elle constitue la zone de sentier aménagé et le niveau supérieur du camping.

 

 

dune blanche

Limite dune blanche, dune grise

 

Cette zone sableuse est riche en débris de coquillages, ce qui permet le developpement de plantes calcicoles.

 

C'est sur la dune grise que l'on trouve les fours à goémon ainsi que le tas de goémon sec.

 

C'est une zone riche en plantes.

 

lotier

Lotier corniculé ( Lotus corniculatus )

 

serpolet

 

Serpolet ( Thymus serpyllum )

 

chardon

 

 

Chardon

 

orchisdunegriseal

 

 

Orchys

 

La zone des fourrés et de la dune noire.

 

 

C'est la zone à l'arrière des dunes où on trouve des paysages variés constitués surtout des fourrés et des arbustes tels que des troènes, des pins etc....

 

eglantine

Eglantier

 

 

buissons torenes

 

 

Arrière de la dune, zone des buissons

Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 09:11

Je n'étais pas retourné à Kerlouan depuis deux ans. En deux ans de nombreux aménagements du rivage ont été faits ou continués.

 

En effet, la frange littorale est soumise aux attaques répétées des tempètes parfois violentes ces dernières années, ci bien que la dune recule ce qui n'est pas sans poser de problèmes aux routes et maisons.

 

pano plage

 

Le littoral de Kerlouan : Du sable et des rochers

 

Pour lutter contre cela, des enrochements ont été mis en place ainsi que des ganivelles.

 

enrochements

 

 

Enrochements en fond de plage pour proteger les maisons.

 

Les accès à la plage de Rudoloc ont été équipés d'escaliers, sur le dessus de la dune des chemins d'accès ont été tracés délimitant des zones où on ne peut marcher.

 

phal zone protection dune


Zone de non piétinement sur la dune ( photo Alisson ) 

 

 

Le littoral de Kerlouan est surtout dunaire, on y trouve également des zones de rochers et de galets ainsi qu'une zone marécageuse.

 

 

Zone de rochers et de galets :

 

 

Le granite érodé en énormes blocs et en galets forme cette zone.

Ces rochers sont situés à la limite des marées de vivres eaux et sont soumis à la projection d'eau salée.

 

On trouve ici  une multitude de lichens avec de bas en haut :

 

Des lichens marins

Une ceinture noire formée par des lichens crustacés de type verrucaria

Une ceinture orangée avec des lichens du genre Xanthoria ou Caloplaco.

 

 

zonation lichen al

 

Sur le rocher à droite, on remarque la zone noir des lichens crustacés surplombée par les premiers lichens orange.(photo Alisson)

 

Xanthoria parietina et Ramalina siliquosa

 

  Xanthoria parietina et Ramalia siliquosa, deux lichens de la ceinture orange.

 

On y trouve également un certains nombre de plantes caractéristiques comme l'oeillet marin, l'orpin d'angleterre, le pavot cornu. 

 

 

oeillet marin1

 

 

Oeillet marin ( Armeria maritima Willd )

 

 

Pavot cornu

 

 

 

Pavot cornu ( Glaucium flavum Crantz )

Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 20:21
A kerlouan on trouve tous les modes de l'estran que ce soit abrité ou battu.
De même, le milieu y est varié puisqu'entre les zones sableuses et purement rocheuses, on trouve des zones mixtes :



De la plage de Rudoloc en direction de Boutrouilles




Plage de Meneham

L'étude de la laisse de mer suite aux coups de vents et de houle, permet un premier inventaire des algues de l'estran de kerlouan.


Carnet de terrain

Une excursion à marée basse permet d'en avoir une vision plus précise.

Si on se promène du haut vers le bas de la zone on observera :

Dans la zone des embrums sur les rochers deux lichens ( alliance d'algue et de mousse ) :

de couleur orange : Xanthoria parietina
de couleur blanc/gris : Ramalina siliquosa ( qui était brouté par les moutons en période de disette )



Les deux représentants des familles de lichens communs à la zone des embruns.

Les rochers des plages de Kerlouans sont couverts d'algues brunes de la famille des fucus.



On les rencontre dès les premiers rochers et jusqu'à la zone de basse mer. Ils sont le refuge de nombreux petits animaux.



Pelvetia canalicuta ( Pelvetie )

Les pelveties sont des algues vivaces que l'on trouve dans la partie supérieure de l'étage médiolittoral. Elles peuvent rester plusieurs jours sans être atteintes par la mer et résistent à d'importante dessications.
Cette durée d'émersion est indispensable à cette algue puisqu'on ne la trouve jamais dans les cuvettes.


Fucus spiralis

Le fucus spiralis ( Varech spiralé ) est un fucus vivace qui devient fertile à la fin de l'hiver ( thalle monoïque ).



Fucus vesiculosus

Le Fucus vesiculosus ( varech vésiculeux ). Algue vivace qui devient fertile la deuxième année. Sa durée de vie moyenne est de trois ans.
On le rencontre dans les stations moyennement battues par les vagues.


Laminaria digitata

C'est l'espèce d'algue la plus exploitée en Bretagne pour la production d'alginate de qualité.

Entre les rochers, on trouve des bandes de sable ainsi que des cuvettes formées par les rochers érodés.



Dans ces cuvettes on retouve des algues vertes et des algues rouges :


Cuvette algues


Les entéromorphes croissent en grand nombres, on les trouve aussi bien dans les cuvettes qu'assez haut sur les rochers.
Ce sont des algues proches des ulves :


Enteromorpha compressa


Voila un point de vue rapide des algues de Kerlouan, il y en a d'autres bien sur qu'il faudra observer de façon plus précise une fois prochaine.



Kerlouan n'a pas échappé à l'exploitation des algues par les habitants.
Les habitants ont toujours utilisé le goémon comme engrais azoté et potassique.

Bezin seac'h

" Mon mari, jean Rohou, prépare le tas pour le bezin seac'h. C'est le goémon d'épave qu'il avait récolté sur la grève du coté de St Egarec, puis qu'il avait étalé sur la dune pour le secher. Ce goémon servait d'engrais pour les terres et des agriculteurs de Cléder, Sibiril ou St-Pol-de-Léon l'achetaient pour amander leurs terres

Mme Rohou

deux types de goémon étaient exploités :

Le goémon d'épave ( bizin torr )
Le goémon noir ( bizin du )



Le goémon d'épave était accessible à tous, ce qui permettait à chacun de prendre en tous temps et en tous lieux les vraques rejetés à la cote.
les especes de ce type de goémon sont les laminarias digitata et le fucus spiralis.

La récolte du goémon

Cette moisson singulière se fait jambes nues, à la marée descendante, parmi ces mille petits lacs si limpides, que la mer, en se retirant, laisse à sa place. Hommes, femmes et enfants s'engagent entre les roches glissantes, armés d'immenses râteaux. Sur leur passage, les crabes effarés se sauvent, s'embusquent, s'aplatissent, tendent leurs pinces, et les cervettes tranparentes se perdent dans la couleur de l'eau troublée. Le goémon ramené, amassé, est chargé sur des charettes attelées de chevaux qui traversent péniblement le terrain accidenté. De quelque coté que l'on se tourne, on apercoit des attelages.

A daudet

Le goémon noir qui poussait sur les rochers ne poiuvait être récolté que par les habitants de la commune bénéficiaires de lots.
La "coupe" était sévèrement réglementé , ceci entrainait de nombreuses contestations sur les droits et les limites de chacun.
Les variétés coupées etaient le fucus vésiculosus, l'ascophyllum nodosum

le mode de récolte était différent en fonction du type de goémon.
Le ramassage du goémon d'épave s'effectuait avec un rateau en bois : le rastel hir.


Le rastel hir

la coupe du goémon noir se faisait à la faucille, le plus souvent dans l'eau jusqu'à mi-corps.

La récolte était transportée en bateau ou par radeau appelés drômes et ramené à la côte par la marée.



Dasn les endroits difficiles d'accés, le transport était assuré par des brancards et par une charette à grandes roues. C'est à ce moment que le cheval demeurait une aide pour le goémonier.



Une fois récolté, le goémon était étendu sur les dunes puis amassées en meulons pour le faire secher.



Ensuite les algues étaient brulés dans des fours rudimentaires ( Ar fourn d'a zevi ).



Le goémon brulant et les cendres étaient pétries à l'aide d'une barre en fer : le pifon. En refroidissant, elles se compactaient et formaient des "pain de soude" qui étaient envoyés aux usines pour transformation.

Actuellement la récolte de goémon de coupe s'effectue par bateau armé d'un scoubidou mécanique.



Les goémoniers peuvent se rencontrer le long ds côtes entre Plougerneau et Lanildut ( premier port goémonier d'europe ).




Bateau goémonier

Dans les années 30, il existait une usine à goémon à Neiz-Vran.

Actuellement on récolte encore sur Kerlouan lors des grandes marées, le Chondrus crispus ou pioca qui permet à nombre de jeunes kerlouannais de gagner quelques euros en vendant leur récolte aux usines de Lanildut.
Le chondrus est utilisé comme gélifiant dans l'industrie.
 
"La récolte du pioca.

Le pioca était récolté lors des grandes marées était mis a secher quelques jours sur les dunes de St égarec puis était mis en sac pour être vendu au vivier. La legislation concernant la ceuillette du pioca était très sévère?

Louise Lansonneur ( Mme Kérébel )"

Témoignages : Kerlouan gens de mer gens de terre René Montfort


Il y a sur la commune de Kerlouan, un endroit où il y avait un village de pecheur goémonier : Ménéham



corps de garde de Meneham

Le site est connu pour son corps de garde de vauban, cabane des douaniers dont le toit est en pierre car les paysans récuperaient le bois du toit pour se chauffer.



Une des dernières maison du village goémonier

Le village a été occupé par des pecheurs goémoniers. Actuellement les batiments sont mis en valeurs : restaurant, auberge, artisans .... autant dire attrape touristes, c'est à se demander si les subventions touristiques européennes sont vraiment opportunes ....


Maison restaurées de Ménéham

Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 20:43
Un coup de projecteur sur l'utilisation des algues marines.

Les algues marines concentrent le potassium de l'eau de mer environ 30 fois dans le cas des algues brunes qui sont de ce fait un engrais potassique.


Même les goélands s'y mettent !!!

Les algues marines sont un maillon important du cycle de l'iode depuis les océans vers les continents ( processus que l'on reconnait dans l'air iodé des cotes ).


Laminaria digitata

Les laminaires concentrent l'iode de l'eau de mer ( 0,05 mg/l ) par un facteur de 30 000.
C'est ce qu'a découvert en 1813 MB Courtois et qui sera à l'origine, pendant un siècle, de l'exploitation du goémon de fond récolté à quelques metres de profondeur.
Les laminaires étaient séchées, puis brulées et l'iode ( utilisée à cette époque comme antiseptique ) était extrait à partir des pains de cendres ainsi obtenus.
Cette pratique s'est arétée quand l'utilisation des nitrates d'origine marine ( guano ) s'est généralisée.
Actuellement c'est la chine qui est le premier producteur d'iode à partir de la culture intensive de l'algue Laminaria japonaria.
Actuellement l'essentiel de l'utilisation des algues dans les pays occidentaux est fondée sur la teneur très élévée en macromolécules gélifiantes ( agar ou carraghenanes chez les algues rouges ) ou alginates ( chez les algues brunes ).
ce sont des polymères de nature glucidique qui peuvent structurer l'eau et sont donc très utilisés pour de nombreuses applications dans l'indistrie agroalimentaire et aussi textile, papéterie, dentisterie ..... Chaque fois qu'il est besoin de préparer des solutions visqueuses ou gélifiées.



Bateau goémonier :  En jaune, la grue du scoubidou.


La récolte des laminaires en Bretagne c'est environ 60 000 tonnes/an et ça occupe de mai à octobre une soixantaine de bateaux goémoniers munies d'un scoubidou hydraulique ( grue avec crochet qui permet d'arrcher les algues en les entortillants )
Progressivement d'autres utilisation des algues font leur apparition : biostimulants, cosmétiques, thallassothérapie ..... Une commercialisation d'algues comestibles se fait également de plus en plus.

Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 12:32
Nous avons vu dans les articles sur l'estran ( An aod bev ) que les conditions qui s'y rencontrent déterminent un étagement de la végétation et donc des algues.



Source Diren bretagne

Les algues sont des organismes qui forment une famille complexe allant des organismes simples et composés de quelques cellules à un organisme semblable à une plante évoluée.

D'un point de vue morphologique, l'algue est constituée d'une partie basale ( crampon ) qui lui permet de se fixer à un substrat ( rocher, coquillage ... ).
La tige ( stipe ), les branches ou feuilles ( frondes ) sont formés de tissus à fonctions variées et peu de régions de l'algue sont spécialisées, seules quelques espèces d'algues ont des réseaux de vaisseaux semblables à certaines plantes vasculaires.


Crampon de laminaire

Les algues dépendent de la photosynthèse exploitant le CO2 et les sels minéraux dissous dans l'eau qui les environne la plupart du temps.
L'eau fournit également un support aux espèces qui ont des flotteurs et aux autres qui contiennent un mélange de gaz semblable à l'air ce qui augmente leur flottabilité.
L'eau étant également plus dense que l'air, les algues sont rarement rigides car il est plus judicieux de flotter au gré de l'eau que de lui résister.



Le gros problème des algues sur le littoral est leur résistance à la dessication. Les algues les mieux adaptées aux étages médio et infralittoraux effectuent l'essentiel de leur photosynthèse quand la mer est retirée et jusqu'à un certain degrès de dessication.
Pour les espèces totalement immergées, le déficit de lumière lié à la profondeur est un frein à leur expansion.

La classification des algues est liée sur les pigments qu'elles contiennent, schématiquement :

les algues vertes ( ou Chlorophycées ) :

Les plus abondantes de la zone interdidale. Elle contiennent des chlorophylles de type a et b qui ne sont pas masquées par des autres pigments.
Ce groupe comprend des organismes unicellullaires à de grandes plantes membraneuses.


Algues vertes dans une "baignoire" ( Enteromorphes )

Les algues brunes ( Phéophycées )

La couleur verte des chlorophylles est masquée par des pigments bruns ( carétonoïdes ).
Toutes sont des plantes multicellulaires, elles ne supportent pas les eaux saumâtres, les eaux trop chaudes ( méditerannée ).
Les plus famillières permettent des zonations verticales.


Ceinture d'algues brunes ....


Algues rouges ( Rhodophycées ) :

Les chlorophylles sont masquées par des pigments rouges ( Phycoérythrines ) . Selon l'état de la plante, la couleur varie du rose vif presque fluo à un bleu foncé, un vert olive ou un blanc grisatre.
Ces algues sont multicellulaires et souvent petites.
Elle ne tolèrent pas les eaux saumâtres mais s'accomodentde tous les habitats littoraux des mers tempérées et chaudes.


Nitophyllum punctatum

Il existe également des algues jaune-vert ( xanthophycées ), jaunes ( chrysophycées ) ou bleus ( cyanophycés ).

La reproduction des algues :

Les algues sont des plantes qui n'ont pas de fleurs, c'est à dire d'organes spécialisés où se préparent les celllules à rôle sexuel. Les algues appartiennent à l'ensemble des cryptogames.


Jeune algue fixée sur un rocher.

Chez les algues, le comportement sexuel est diversifié, la descendance d'un organisme donné peut-être un organisme tout à fait différent, le cycle complet du développemement s'achève à la naissance d'un individu identique à celui de départ.

Beaucoup d'algues ont à la fois une reproduction sexuée ( c'est à dire rencontre et fusion de deux cellules de sexe opposé - fécondation ) et une reproduction asexuée.



Reproduction asexuée :

Parfois par simple fragmentation du thalle ( corps vivant des algues ), par formation de boutures spécialisées ou par émission de cellules ( les spores ) qui après fixation germent et produisent un nouveau thalle.

Reproduction sexuée :

Chez les algues vertes, jaune-vertes et brunes, les cellules sexuelles ( gamètes ) sont flagellées, au moins pour un des sexes, dans ce cas la cellule mâle toujours mobile va à la rencontre de la celllule femelle pour la féconder soit en eau libre, soit dans le thalle.

Chez les algues rouges, les cellules sexuelles ne sont jamais flagellées et la cellule femelle pourvue d'un filament capteur du gamète mâle est fécondée sur place.



La reproduction sexuée selon le shéma simple : fécondation - développement de l'oeuf - nouvel organisme sexué, ne se fait que chez les fucales , des algues brunes dont le fucus est le représentant.
Chez toutes les autres algues : vertes, brunes, rouges .... des séquences s'interposent entre la fécondation et le retour à un organisme sexué : c'est un cycle de reproduction complèxe.


Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 15:20
L'anémone de mer contrairement à son nom n'est pas une fleur mais un animal.
Elles font partie de l'ordre des actiniaria.


Anémone commune de Kerlouan à marée basse.

A Kerlouan, on trouve l'anémone commune à la base des rochers de la plage.
Elle forme hors de l'eau une sorte de gros bouton gélatineux rouge-brun.
Ses tentacules sont alors repliées en elle, permettant de lutter contre la dessication ( cf article sur l'estran ).
Lorsqu'elle est dans l'eau on peut alors observer ses tentacules.


Anémone commune à Kerlouan dans une flaque à marée basse.


Toutes les anémones sont des animaux solitaires qui vivent fixés au substrat par un disque pédieux.

Ce sont des organismes simples, sortes de sacs cylindriques dont la poche sert à la fois d'estomac et de chambre pour les enfants .... Elles sont souvent hermaphrodites et peuvent se reproduire par bourgeonnement.


On remarquera à droite le bébé anémone qui se développe

Les tentacules des anémones sont urticants et en nombre multiple de 6 ( car l'anémone appartient à la classe des hexacorallaires ).



C'est un animal qui ne se déplace pas, les tentacules sont couverts de cellules urticantes qui sont autant de minuscules harpons à ressort se détendant brusquement pour injecter du venin sour l'épiderme de la proie.
D'ou la douleur cuisante qu'on ressent si on tripote une anémone et qui lui a valu le nom d'ortie de mer.





Ce n'est donc pas un animal filtreur comme je le pensais et bien un cnidaire !!
Repost 0
Published by Zorglub - dans milieu marin
commenter cet article