Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 15:02

Pendant le confinement, madame pinson des arbres vient chercher des poils du chien pour aménager son nid.

Non non ce n'est pas une nouvelle espèce à moustache !
Non non ce n'est pas une nouvelle espèce à moustache !
Non non ce n'est pas une nouvelle espèce à moustache !
Non non ce n'est pas une nouvelle espèce à moustache !

Non non ce n'est pas une nouvelle espèce à moustache !

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 16:06

Lorsqu'on laisse pousser suffisamment les buissons de bétons vert type laurier, ils fleurissent si si !

Les fleurs attirent nombre d'insectes telles les abeilles et surtout en ce moment dans celui du jardin des cétoines !

Arrivée d'une cétoine sur les fleurs ... repas partagé avec les abeilles.
Arrivée d'une cétoine sur les fleurs ... repas partagé avec les abeilles.
Arrivée d'une cétoine sur les fleurs ... repas partagé avec les abeilles.

Arrivée d'une cétoine sur les fleurs ... repas partagé avec les abeilles.

La cétoine dorée ( Cetonia aurata - Linnée 1761 ) est un coléoptère de la famille des cétoniidés. 

Elle est très commune et se rencontre dans les étages collinéen et montagnard en été et en automne.

 

Le régal des cétoines

La femelle pond en mai-juin, la larve sort en début dété et se nymphose dans le sol avec un cocon de terre, de débris de bois .... l'adulte ne sortira qu'au printemps suivant.

Les élytres de la cétoine ne sont pas soudées, il existe un espace où les ailes peuvent sortie pendant le vol qui de fait est insolite .

L'adulte se nourrit d'étamines et de pétales : roses, églantiers, pivoines, sureau, ombellifères ..

Elles sont répandues, vivent le jour surtout dans les endroits ensoleillés

Le régal des cétoines
Le régal des cétoines
Le régal des cétoines
Partager cet article
Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 16:43

Aujourd'hui un petit éclairage sur un GROS insecte qui fait peur aux enfants ( mais pas que ... ) dans le jardin !

Cet insecte vole, est gros, fait du bruit mais est totalement pacifique : L'abeille charpentière ( Xylocopa violacea ) est une abeille solitaire.

 

L'abeille charpentière

Cette abeille fait son nid exclusivement dans le bois. Avec ses mandibules, elle creuse de véritables galeries dans le bois vermoulu. 

La femelle dépose un oeuf sur un lit de pollen et de miel puis ferme la cellule avec un bouchon de sciure qu'elle fabrique avec sa salive.

Elle répète l'opération une dizaine de fois ci-bien que la galerie abrite une dizaine de larve.

Parfois elles utilisent des galeries déjà existantes. On peut les aider en perçant une buche de quelques trou de 10cm de profondeur et 3 à 15 mm de diamètre.

galeries dans une vieille buche du jardin et sciure qui sert après perçage de la galerie à cloisonner les cellules
galeries dans une vieille buche du jardin et sciure qui sert après perçage de la galerie à cloisonner les cellules

galeries dans une vieille buche du jardin et sciure qui sert après perçage de la galerie à cloisonner les cellules

Dans nos régions alpines, on peut la rencontrer jusqu'à l'étage alpin. 

Elle naissent en fin d'été, l'hiver suivant elles hivernent et s'accouplent au printemps.

Elles fréquentent des fleurs diverses : Astéracées, Fabacées, Lamiacées avec une préférence sur les Glycines en fleur

L'abeille charpentière
Partager cet article
Repost0
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 16:12
Le lierre, la plante aux 3 vies

UN PEU D'HISTOIRE :

 

Depuis longtemps le lierre est une plante connue pour ses vertus vraies ou supposées.

Chez les égyptiens, elle est symbole d'immortalité et d'éternité du fait de sa longévité qui peut atteindre 400 ans.

Chez les grecs, du fait de la persistance de son feuillage, le lierre est l'emblème de la jeunesse éternelle.

Chez les romains, il était associé à Bacchus et la vigne car on prêtait au lierre des vertus de protection contre l'ivresse et les empoisonnements.

 

 

Le lierre, la plante aux 3 vies

LA PREMIERE VIE DU LIERRE : UNE VIE RAMPANTE .....

 

Lors de cette première phase de son existence, le lierre est rampant au sol. Il s'ancre fortement dans le sol et progresse en rampant tant qu'il n'a pas trouvé de support vertical pour grimper.

Ses petites racines s'enfoncent dans le  sol apportant à la liane l'eau et les sels minéraux dont elle a besoin.

En général cette vie se passe à l'ombre et les feuilles développées ont 5 lobes : les feuilles d'ombre.

Dans le sous bois où il grandit, les feuilles se tiennent horizontalement afin de capter un maximum de lumière.

En automne, les arbres perdent leurs feuilles permettant au soleil d'inonder le sous bois, la conséquence est de bloquer l'activité des feuilles du lierre. Le froid de l'hiver accentuent le blocage.

Vie terrestre : les feuilles d'ombres
Vie terrestre : les feuilles d'ombres

Vie terrestre : les feuilles d'ombres

LA SECONDE VIE DU LIERRE : UNE VIE DE GRIMPEUR .....

Les feuilles du lierre sont persistantes et leur durée de vie est de trois ans, au delà elles se renouvellent.

Avant l'hiver, la feuille accumule dans son limbe des protéines et des pigments anthocyanes, augmente son taux de sucre ( 7 à 8 types ). Ces ingrédients jouent un rôle d'antigel qui permettent à la feuille de résister à une température de -12°C.

Au delà de -25°C, la feuille gèle, c'est pour cela que le lierre ne pousse pas dans les zones où les hivers sont très froids. Par contre les naturalistes observent une remontée du lierre en altitude et en latitude du fait du réchauffement climatique.

Avec le printemps, la pénombre revient dans les sous bois, les feuilles redeviennent actives et les lianes de lierre grandissent.

Lorsque les lianes rencontrent une surface verticale, la plante s'élève vers la lumière, les petites racines du lierre se transforment en crampons qui permettront l'ascension verticale de la liane.

 

une surface verticale, de la lumière : la plante s'élève !

une surface verticale, de la lumière : la plante s'élève !

Les crampons du lierre se développent sur le coté. Une observation microscopique montre qu'ils sont terminés par des petites verrues de colle.

Le "tronc" du lierre est riche en canaux qui apportent l'eau aux feuilles. Lorsque plusieurs tiges se rencontrent, elles créent des connections et former des "anastomoses".

 

Un réseau interconnecté de tiges pour renforcer la plante. Des crampons qui supportent la plante
Un réseau interconnecté de tiges pour renforcer la plante. Des crampons qui supportent la plante
Un réseau interconnecté de tiges pour renforcer la plante. Des crampons qui supportent la plante
Un réseau interconnecté de tiges pour renforcer la plante. Des crampons qui supportent la plante

Un réseau interconnecté de tiges pour renforcer la plante. Des crampons qui supportent la plante

Lors de cette seconde vie, la forme des feuilles se modifie, elles deviennent moins lobées à mesure que la plante s'élève.

Le lierre, la plante aux 3 vies

LA TROISIEME VIE DU LIERRE : UNE VIE DE REPRODUCTEUR .....

 

Lorsque le lierre atteint presque le sommet d'un arbre par exemple, il commence sa troisième vie.

Cette troisième vie va lui permettre de produire des fleurs et des fruits.

Les feuilles vont encore évoluer et prendre une forme lancéolée : les feuilles de lumière.

 

Les feuilles de lumière sont ovales, pointues et très vertes

Les feuilles de lumière sont ovales, pointues et très vertes

Les fleurs du lierre sont disposées en ombelles groupées par 10 ou 20. Chaque fleur mesure quelque millimètres.

Ces fleurs sont très intéressantes du point de vue de la biodiversité car elles fleurissent en fin d'été en produisant beaucoup de pollen et de nectar. Elles permettent un elevage tardif des larves de certains insectes.

Elles sont visitées par énormément d'insectes : un photographe a compté plus de 130 espèces différentes en 4 heures d'affut.

Les fleurs se transforment en fruits qui vont murir pendant l'hiver et servir de première nourriture aux oiseaux.

 

 

Les fruits du lierre sont très riches en matières nutritives et appréciés au sortir de l'hiver par les oiseaux.
Les fruits du lierre sont très riches en matières nutritives et appréciés au sortir de l'hiver par les oiseaux.
Les fruits du lierre sont très riches en matières nutritives et appréciés au sortir de l'hiver par les oiseaux.

Les fruits du lierre sont très riches en matières nutritives et appréciés au sortir de l'hiver par les oiseaux.

A mesure des années, les branches de lierre s'allongent en formant des touffes qui servent de refuges pour de nombreuses espèces animales :

  • Chauves souris
  • Oiseaux divers : Hulotte, Merles, Mésanges ....
  • Le papillon citron y passe souvent l'hiver.

Au printemps, pas mal d'animaux choisissent d'y construire leurs nids : roitelets, merles, grives, fauvette à tête noire, écureuils, lérots, muscardins.

Quelques visiteurs du lierre du jardin.
Quelques visiteurs du lierre du jardin.

Quelques visiteurs du lierre du jardin.

Le lierre, un ennemi des arbres ?

On peut parfois observer des lierres qui couvrent presque entièrement des arbres.

Souvent le lierre s'arrête à la moitié ou aux deux tiers des branches du fait de la pénombre générée par les arbres qui bloque plus ou moins la croissance de la liane.

Une expérimentation a eu lieu sur une exploitation forestière où on a comparé des arbres sans lierres et des arbres qui portaient des lierres. Lors de l'abattage des arbres, il n'a pas été observé de différence de qualité entre les différents arbres.

D'autres études montrent que les arbres porteurs de lierre sont en meilleure santé que les arbres sans lierre. L'explication vient peut-être du fait que le renouvellement constant des feuilles ( durée de vie de 3 ans ) forme un tapis humifère qui favorise la croissance et la bonne santé de l'arbre.

Quelques oiseaux visiteurs du lierre du jardin : rouge gorge, merle, sitelle torchepot.
Quelques oiseaux visiteurs du lierre du jardin : rouge gorge, merle, sitelle torchepot.
Quelques oiseaux visiteurs du lierre du jardin : rouge gorge, merle, sitelle torchepot.

Quelques oiseaux visiteurs du lierre du jardin : rouge gorge, merle, sitelle torchepot.

Le lierre, un ennemi des murs ?

Oui si le mur est déjà en mauvais état.

Pas forcement pour un mur en bonne santé.

L'association britannique qui est chargée de la protection des monuments historiques montre que le lierre est un excellent protecteur des vieux murs.

Il joue un rôle de protection contre les intempéries : pluie, neige, gel .... Il joue également un rôle dans la protection contre les écarts de température et les particules polluantes qui dégradent les mortiers.

 

 

Quelques oiseaux qui visitent le lierre du jardin : Pinson des arbres, Pic épeiche, Mésanges
Quelques oiseaux qui visitent le lierre du jardin : Pinson des arbres, Pic épeiche, Mésanges
Quelques oiseaux qui visitent le lierre du jardin : Pinson des arbres, Pic épeiche, Mésanges

Quelques oiseaux qui visitent le lierre du jardin : Pinson des arbres, Pic épeiche, Mésanges

Le lierre, un filtre à particules ?

L'air pollué véhicule des particules  fines ( poussières < 2,5 Millième de mm ), particules qui finissent sur les murs ou dans nos poumons ! 

Les feuilles persistantes du lierre ont une surface large qui permet de capturer ces particules lorsqu'elles sont transportées par le vent, la neige ou la pluie ( 200 000 particules sur 1mm2 de feuille).

L'humidité fait coaguler les poussières sous forme de pâte qui retombe au sol avec la feuille morte.

 

Ca pousse, ça pousse !
Ca pousse, ça pousse !
Ca pousse, ça pousse !

Ca pousse, ça pousse !

Bibliographie :

  • La nature la nuit, V Albouy et J chevalier, éditions Delachaux et Niestlé
  • Guide des curieux de nature en ville, V Albouy, éditions Delachaux et Niestlé
  • Guide des curieux de nature, V Albouy, éditions Delachaux et Niestlé
  • L'almanach des fleurs sauvages, éditions Delachaux et Niestlé
  • La Hulotte n° 106 et n° 107 Le lierre
Partager cet article
Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 17:32

Ce matin, en faisant le tour de la maison pour prendre le lierre en photos et faire quelques croquis  ( autre article en préparation ), les hôtels à insectes étaient visités par de nombreuses osmies.

Nos deux hôtels à insectes
Nos deux hôtels à insectes

Nos deux hôtels à insectes

Les osmies sont des abeilles solitaires.

La femelle construit les cellules de son nid dans les loges creuses des plantes ou dans les trous de bois mort. 

Elles ont de plus en plus de mal à trouver ces matériaux dans les jardins et ont donc tendance à utiliser les trous d'aération des fenêtres.

Un hôtel à insecte ou une buche percée avec des trous de 8mm font également l'affaire

 

Osmies
Osmies
Osmies

Osmies

L'osmie accumule dans ses cellules un mélange de pollen et de nectar, puis pond un oeuf avant de refermer la cellule. Plusieurs cellules sont dans un trou qui est clôt par un bouchon de boue ou de terre d'un cm d'épaisseur.

 

hôtel buche et premières fleurs qui reçoivent la visite des osmies.

hôtel buche et premières fleurs qui reçoivent la visite des osmies.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 14:33

La rencontre avec le cynips de l'églantier est rare, sa présence se remarque surtout par la présence de galles chevelues appelées bédégar qui abritent ses petits.

Les cynips sont surtout représentés par des éléments femelles car la reproduction par parthénogénèse rend la présence des mâles inutiles?

 

 

Le cynips est une petite guêpe de 3 à 4 mm de long.

Le cynips est une petite guêpe de 3 à 4 mm de long.

Au printemps, la femelle cynips recherche deux types d'arbustes : les rosiers et les églantiers ( dont les fruits sont bien connus comme poil à gratter ...)

Grace à sa tarière, la femelle va injecter ses oeufs ainsi qu'un liquide dans la tige de la plante. Liquide qui va entrainer un développement particuliers des cellules sous forme d'une "boule chevelue" : le bédégar

 

 

fruit de l'églantier et le bédégar.
fruit de l'églantier et le bédégar.

fruit de l'églantier et le bédégar.

Dans les cellules, les oeufs se transforment en larves qui rongent les bords de leur cellule pour se nourrir.

Parfois d'autres guêpes parasitent les bédégars en pondant leurs oeufs dans les loges occupées. Ceci limitant la population des cynips.

bédégar au lac saint andré: croquis et coupe
bédégar au lac saint andré: croquis et coupe

bédégar au lac saint andré: croquis et coupe

En septembre, c'est le temps des métamorphoses qui se poursuivent jusqu'au début de l'hiver. Les petits cynips restent dans le bédégar jusqu'au printemps, moment où ils sortent.

Cynips de l'églantier késako ?
Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 17:30

Lundi matin, gros barouf dans les arbres du jardin coté bureau. Deux écureuils se poursuivaient de branches en branches en poussant des cris. 

Ca a duré un bon quart d'heure, puis ils sont repartis et revenus toujours en se poursuivant dans les branches du noyer.

Difficile de prendre en photo la course poursuite....
Difficile de prendre en photo la course poursuite....

Difficile de prendre en photo la course poursuite....

Pendant la course poursuite, un troisième larron s'est invité pour déguster quelques noix sur l'arbre.

 

Bataille chez les écureuils ...
Bataille chez les écureuils ...
Bataille chez les écureuils ...
Bataille chez les écureuils ...
Partager cet article
Repost0