Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 20:46
Des primevères farineuses dans des  vieilles plaques de neige.

primevere1-WEB.jpg

primevere2-WEB.jpg

primevere3-WEB.jpg


Partager cet article
Repost0
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 18:59
Communiqué de presse
Mercredi 07 février 2008

Encore un loup braconné en douce
L’ASPAS porte plainte

Un loup tiré par balle et à demi décapité a été trouvé le 26 janvier dernier à Presle, en Savoie. Un acte aussi barbare qu’illégal, car il s’agit d’un animal protégé. L’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) porte plainte contre X devant le Tribunal de grande instance de Chambéry.

Le courageux auteur de cet acte, qui ne se vante pas de son exploit, risque 6 mois d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende. Le cadavre de sa victime gisait à moitié immergé, près d’un pont. Découvert par des promeneurs, il a été transporté par des gardes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, et autopsié au laboratoire d’analyses vétérinaires de Chambéry. Il s’agit bien d’un loup gris Canis lupus, probablement abattu par une balle de calibre 12.
 
Le loup est, au même titre que le lynx ou l’ours, une espèce phare de notre faune, dont la présence est voulue par la majorité des Français, et protégé par la loi. À l’heure où le fameux Grenelle de l’environnement prône la défense de la biodiversité, l’ASPAS entend rompre le silence gêné du ministère, et rappeler les devoirs de l’État envers les générations futures. Cet acte est aussi inadmissible que le meurtre de l’ourse Cannelle. L’ASPAS porte donc plainte devant le TGI de Chambéry pour destruction d'espèce animale non domestique, et espèce protégée, (violation de L.411-1 et de l'arrêté du 23/04/07 fixant la liste des espèces protégées).
 
L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection des troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays. L’ASPAS rappelle également que des bergers font honnêtement leur travail en France, mais qu’ils sont oubliés au profit de quelques agités hors-la-loi, qui salissent la profession.

Contact presse :
Pierre Athanaze – Administrateur de l’ASPAS

HOTTAH-fevrier07-WEB.jpg

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 20:40
Un  nouvel oiseau pour moi sur la  mangeoire  :  Le  pinson  du  Nord  Fringilla montifringilla 


C'est la première fois que je vois cet oiseau. Il n'est présent dans notre région qu'en hiver
( octobre à avril ).

Il vit habituellement de la scandinavie à la sibérie.

pinson-du-nord-WEB-copie-1.jpg

pinson-du-nord-4-WEB-copie-1.jpg

pinson-du-nord-5-WEB-copie-1.jpg





Partager cet article
Repost0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 17:32
Un autre visiteur commun de la mangeoire : le Chardonneret élégant Carduelis carduelis.

Ce visiteur ne vient pas seul mais en bande de quelques dizaines d'individus, en général ils se posent en attente sur le tuya sous la maison avant de monopoliser la mangeoire.



La taille de cet oiseau varie de 12 à 14 cm pour un poids de 14 à 18g.

C'est un animal que l'on retrouve dans les vergers, les jardins, les parcs. Il se reproduit dans des zones boisées. Sur la fin de l'été on le trouve dans des zones dégagées toujours à proximité d'un plan d'eau ou d'une rivière.



C'est un migrateur partiel que l'on retrouve dans toute l'Europe.



Le bec du chardonneret lui permet de se nourrir au coeur des chardons.
La recherche de nourriture l'oblige à parcourir de grandes distances.



C'est la femelle qui édifie un nid formé d'herbes fines et racines, de soies d'araignées, de cocons, de crins et de fils.
Le Chardonneret niche dans les arbres vers la pointe des branches à une hauteur variant de 2 à 10 m


La femelle dépose dans le nid de 4 à 5 oeufs, en général l'incubation qui dure de 12 à 15 j commence dès le troisième oeuf.
La femelle assure seule la couvaison, elle est nourrie par son mâle pendant ce temps là.


Le Chardonneret se nourrit de composées et d'autres plantes ( chardons, artichauts et salade .... ). Les jeunes sont nourris d'insectes.



Espèce protégée dont le piégeage est illégal.
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 21:38
Dernière série sur les mésanges qui visitent la mangeoire.
Ces oiseaux sont difficilement différenciables sans leur chant et comme ca je ne connais pas et je ne les ai pas entendues je ne peux les différencier ( bien que je pencherai pour des nonettes du fait de la frequence à la mangeoire cf dessous ) .

Photo alisson

MESANGE BOREALE :

Sa taille varie de 11 à 12 cm pour un poids de 9 à 12 g. Une longévité moyenne de 9 ans.

Elle possède une calotte noire mate, des joues blanches et une bavette noire étendue. Ses ailes sont sombres avec une zone plus blanche.

Elle occupe les forêts de feuillus et les forêts mixtes si le sous bois est dense.


Photo Alisson

C'est un oiseau très farouche qui ne s'approche pas des habitations et fréquente très rarement les mangeoires.

La femelle fait son nid dans des cavités et y dépose de 6 à 9 oeufs qui seront couvés pendant deux semaines. Les jeunes s'envolent au bout de 17 à 19 jours.

La mésange boréale est insectivore mais devient granivore et frugivore à la mauvaise saison.

C'est un oiseaux entièrement protégé par la convention de Berne


Photo Alisson

MESANGE NONETTE :

Taille de 11 à 12 cm pour un poids entre 9 et 12 g. Longévité moyenne de 10 ans.

Elle possède une queue moins étagée que la mésange boréale. Pas de plage blanche aux secondaires de l'aile et sa bavette est peu développée.


Photo Alisson

Elle vit dans le forêts de feuillus ( chêne et/ou hêtres ). Elle fréquente les jardins et les parcs et les mangeoires plus facilement que la mésange boréale.



Les couples de mésanges nonettes sont inséparables. C'est un oiseau sédentaire qui passe l'hiver près de son nid.

La nidification à lieu au printemps courant avril. La ponte compte de 7 à 10 oeufs qui sont couvés pendant 15 j. Les jeunes sont élevés pendant 17 à 19 j.



La mésange nonette est insectivore et fait des provision de graines à l'automne, provisions qu'elle consomme lors des périodes de disette.


Partager cet article
Repost0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 14:36
Coup de projecteur sur la mésange noire autre hôte de la mangeoire.



Très proche physiquement de la mésange charbonnière, on peut la rencontrer grâce à ses couleurs plus ternes et sa tâche blanche occipitale et sa large bavette noire.




Les deux sexes sont identiques.
Sa taille varie de 11 à 12 cm pour un poides de 8 à 10g. La longévité moyenne est de 7 ans.



La mésange noire est présente sur tout le continent européen et asiatique.
C'est un habitant typique des résineux : sapinières, pinèdes et bois d'épicéas.
Si elle s'installe dans une forêt mixte, c'est qu'il y prédomine des résineux.



Cet animal vit seul ou en couple pendant la période de nidification sinon elles se regroupent en bandes de parfois plus de 50 individus.



Elles cherchent leur nourriture en général en haut des conifères. En période hivernale, elles prospectent à terre.

De juin à décembre, les mésanges noires se constituent des garde-manger qui serviront pendant la période de disette.



En hiver, les populations septentrionale migrent vers le Sud, sinon c'est un animal sédentaire.



C'est un oiseau qui niche dans les cavités : trous d'arbres, murs, cavités terrestres.
Les couples nichent en général deux fois dans l'été.
La femelle couve 8 à 10 oeufs qui éclosent au bout de 14 à 15 jours. Les petits sont nourris de 16 à 17 jours.



La mésange noire est entièrement protégée par la convention de Berne.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 18:44
Une troisième espèce de mésange, visite la, mangeoire : la mésange huppée ( Parus cristatus ).

Cette espèce est présente sur la mangeoire lorsque les températures sont les plus basses.

On suppose qu'elle doit être seule car on ne voit jamais deux oiseaux de cette espèce en même temps sur le site.


C'est la seule mésange européenne à présenter une huppe visible même quand elle est repliée.
Le mâle et le femelle sont identiques.
Chez les jeunes, les huppes sont moins développées et ils n'ont pas de collier noir comme les adultes.


La mésange huppée est avant tout un oiseau des forêts de résineux ( pins et épicéas ).
Elle s'installe dans les jardins urbains plantés de résineux.
Cette espèce est bien répartie dans les forêts mixtes.


Elle est présente des régions cotières jusqu'à plus de 2 000 m.
En fonction des milieux, sa densité varie de 2 à 8 couples pour 10 ha ce qui en fait une des espèce les moins communes bien que répandues.
Elle est strictement sédentaire.
On la voit rarement aux mangeoires sauf si celle-ci sont proches des forêts où elles se reproduisent.


La population des mésanges huppées est limité à l'ouest de l'Europe, en gros au nord d'une ligne Malaga Moscou.
C'est une espèce absente des toundras nordiques, des iles britanniques ( sauf quelques forêts écossaises ). Elle est absente également de tout la péninsule Italienne et de toutes les iles méditerranéenne et sur le littoral ouest de la France.
La population européenne compte entre 4 à 15 millions de couples et on estime la population française à 1 million de couples.



La mésange huppée se nourrit d'insectes, d'araignées, de leurs oeufs et de leurs larves, régime auquel on ajoute quelques graines de conifères.
En été, la recherche de nourriture se fait au bout des branches.
En hiver, la recherche se fait plutôt près du tronc des arbres et au niveau du sol.
Les jeunes reçoivent une alimentation animale avant de passer au régime adulte.



Le nid est creusé dans une cavité et agrandie par la femelle. Elle utilise parfois des anciens nichoirs ou des anciens nids de pics qu'elle ne réaménage pas.
La ponte compte de 5 à 7 oeufs entre début avril et mi mai.
L'incubation dure 15 j et l'élevage des jeunes au nid trois semaines.
Il y a parfois 2 nichées par hiver.



Cette espèce du fait de la convention de Berne bénéficie d'une protection totale.
Sa population semble suivre l'extension des plantations de résineux.
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 16:44
Suite des articles sur les visiteurs de la mangeoire : La Mésange bleue ( parus caeruleus ).

La mésange bleue est légèrement plus petite que la mésange charbonnière. Sa taille est de 10,5 à 12 cm pour une masse de 9 à 12,5 g.



Le mâle et la femelle sont identiques. Le chant du mâle est un trille aigu et prolongé. Il existe différentes émissions sonores utilisées par ces oiseaux.



La présence de la mésange bleue est liée aux cavités ( pour le nid ).
Son habitat optimum se situe dans les vieilles chênaies.
Elle est absente des boisements de résineux purs.


Elle fréquente les parcs et les jardins urbains ( plus au nord de l'Europe que dans le sud ).



La mésange bleue est une espèce sédentaire avec des mouvements réguliers du nord et du centre de l'Europe vers le sud.
En hiver, elle est commune dans les roselières où elle perce les tiges pour extraire des insectes.


Cet oiseau se rencontre jusque vers 1 800 m d'altitude et la densité est de un couple par hectare.


La présence de la mésange bleue est limitée à l'Europe de l'Ouest et l'Afrique du Nord.
Elle est absente de la Finnoscandie.
En France, elle est absente de certaines iles comme Ouessant.


La population européenne varie de 16,5 à 22 millions de couples pour 5 à 5 millions en France.


La mésange bleue récolte sa nourriture sur la partie terminale des branches.
En automne et en hiver, elle recherche les fruits de cornouillers ou de sureau et les graines de tournesol dans les mangeoires.
Elle se nourrit de petits insectes et d'arthropodes.
Les jeunes sont nourris de chenilles qui sont abondantes lors de la période d'élevage.


La construction du nid est assuré par la femelle seule. Le début de la construction  se situe fin mars.
La ponte a lieu début avril à fin mai en fonction de la latitude et de l'altitude.
Les pontes comptent de 6 à 12 oeufs couvés par la femelle pendant 15 jours. Les jeunes sont nourris pas les deux parents.
Les mésanges bleues ne font qu'une seule couvée et les jeunes sont indépendants 3 semaines plus tard.


Cette espèce est en expansion du fait de l'augmentation et du vieillissement de la couverture forestière.
Elle bénéficie d'une protection totale en Europe : convention de Berne.
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 20:23
C'est la plus grande de nos mésanges. Elle est trapue et de taille moyenne : 13,5 à 15 cm pour un poids variant de 15 à 22g.
Son habitat  est composé de forêts de feuillus et de forets mixtes. Elle a colonisé les grands parcs et les jardins des zones résidentielles.
Elle est présente du bord de mer à
1 900 à  2  000m



C'est un oiseau cavernicole qui va faire son nid dans les cavités comme les arbres creux ou les anciens nids de pics.
Il peut également occuper les nichoirs mis à sa disposition ainsi que les boites aux lettres.



Son territoire varie de 1 à 4 ha.
Les mésanges charbonnières françaises ne sont pas des migrateurs de longues distances, bien qu'elles soient capables de mouvements verticaux en fonction de la disponibilité de la nourriture.


Ces mésanges sont de oiseaux abondants. Ils se répartissent dans toute l'Europe, du Cap Nord au fin fond de la Méditérannée.
5 millions de couples sont comptés en France pour une population variant de 47 à 150 millions de couples.

photo Alisson

Le régime alimentaire des mésanges varie en fonction de la saison et du milieu. : Pendant les beaux jours, elles sont principalement insectivores et deviennent granivores en hiver où elles se rapprochent des mangeoires ou recherchent des graines principalement au sol.

photo Alisson

Les jeunes sont nourris avec des larves qui sont abondantes en cette période. Les proies sont récoltées dans la végétation.

Photo Alisson

Seule la femelle construit le nid ( dans une cavité ) .
La construction du nid débute fin mars et dure de 2 à 20 jours.
Les jeunes sont indépendants quelques jours après l'envol, les jeunes sont nourris au nid pendant trois semaines.
Les pontes sont de 6 à 12 oeufs couvés pendant la femelle pendant 15 jours.
Deux nichées sont souvent menées.

Photos Alisson

Ce sont des oiseaux protégés pas la loi dans toute l'Europe ( convention de Berne ).
Comme les granivores, elles souffrent des épandages de produits phytosanitaires qui font disparaitre les proies.
La population est actuellement stable.

Photo Alisson










Partager cet article
Repost0
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 20:21
Avec le froid qui s'installe en cette fin d'automne, voici revenu le temps de garnir la mangeoire.
C'est l'occasion de revoir nombre de visiteuses et visiteurs ailés et parmi ceux-ci les mésanges.

Sur notre mangeoire, elles sont les plus nombreuses, parfois le rouge gorge vient se mêler à la bande.

La mangeoire est constituée d'un distributeur de graines de tournesol et d'un distributeur de cerneaux de noix.

( Les photos de l'article sont faites derrière une vitre donc il peut y avoir des parasitages sur les images !! )

Distributeur de graine de tournesol

Distributeur de cerneaux de noix









Partager cet article
Repost0