Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 19:32
Après s'etre dispersées dans les orties, les chenilles ont disparu. J'ai eu beau chercher dans les orties aucune chrysalide n'était visible.
En fait j'ai fini par en dénicher deux dans les tuyas des voisins qui sont juste à coté du massif d'orties.






Elles sont dans une boite en attendant la fin de la métamorphose.

Je pensais qu'elles se transformaient en chrysalide sur leur plante hote, en fait il semble que non : elles se mettent à l'abri dans l'épaisseur des tuyas.



Sous les feuilles d'orties, se reposait un papillon de nuit : Le ptérophore blanc ( Ptérophorus pentadactyla ).


Ce papillon doit son nom au grec "ptero" : aile, "penta" : 5, "dactylis" : doigt.
Il se caractérise par une teinte blanche et la forme de ses ailes terminées par 5 appendices.
Il vole la nuit de mai à aout et est souvent atttiré par la lumière.
il pond ses oeufs isolés près des cardamines des près.
Ses chenilles vertes et jaunes sont couvertes de poils et se nourissent de feuilles de liseron.


Un autre papillon s'est posé quelques instants :



C'est un Tircis ( Pararge aegeria ). Ses chenilles se nourissent de graminées. Plus il fait chaud lors de sa métamorphose, plus le papillon est clair, c'est pourquoi les Tircis du nord de la France sont plus foncés que ceux du Sud, Ceux nés en été sont plus clairs que ceux nés au printemps.

Actuellement, sauf les petits grillons, les orties sont principalement occupées par des colonies de pucerons et leurs inévitables fourmis.


Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 18:07


La Belle Dame ( Vanessa cardui ) est un papillon migrateur, c'est une voyageuse intrépide !

L'Afrique du nord est la contrée de prédilection de la Belle Dame. On en trouve à cet endroit toute l'année. Dès le printemps, certaines commencent à migrer vers le nord .... parfois jusqu'au cercle arctique soit 4000 km.



Il y a souvent deux ou trois générations dans l'année, ce sont donc les papillons des deux ou trois générations suivantes qui retourneront au Maghreb.



Sur cette photo, les 5 ocelles du dessous des ailes sont visibles. Elles sont un bon moyen de reconnaitre ce papillon quand ses ailes sont repliées.



On trouve ce papillon dans les jardins, les prairies, parcs et friches, bords de chemins. Dans le jardin, il s'observe souvent sur le trèfle ou sur les fleurs d'un arbustre du jardin des voisins.



La chenille de la Belle Dame se nourrit de chardons, de circes, de bardanes, d'orties et de tussilage "pas d'ane".



Sur les photos suivantes on peut observer la trompe de la Belle Dame pompant le nectar de la fleur.




Partager cet article
Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 16:53
La zone d'orties au fond du jardin est de nouveau luxuriante. Une petite visite la semaine dernière m'a permis de repérer l'éclosion des chenilles de Petite tortue ( Aglais urticae ).



Ces chenilles sont les petits des imagos de l'automne dernier qui ont hiberné et ont pondu leurs oeufs au printemps.
Dans leur premier stade de developpement ces chenilles sont presque noires, vivent en colonie et tissent une toile protectrice commune.



En deux jours, elles ont grossi et actuellement se dispersent conformément à leur developpement où ce stade solitaire se poursuit jusqu'à la nymphose.



Ce stade larvaire sous forme de chenille dure environ un mois.



Le massif abrite une foule d'insectes qui s'ils ne mangent pas forcément les feuilles d'orties, y chassent ou s'y développent.



Cette araignée est de la famille des Pisauridae. On remarquera que les pattes I et II sont accolées au repos.
Je pense que cette araignée est Pisaura mirabilis, araignée chasseuse de la basse végétation. C'est une araignée commune dont le mâle est la seule araignée européenne qui présente à sa femelle un insecte en cadeau de mariage. Il l'offre à celle-ci qui déguste la proie et ainsi monsieur dispose d'une heure pour faire son affaire sans risquer sa peau !!!
la femelle transporte ses petits dans un cocon sphérique qu'elle porte sous son sternum avant de l'accrocher à la végétation avant la sortie des petits.



Sur une feuille se trouvait un jeune grillon ( longues antennes et cerques importants sur les cotés de l'abdomen ) qui s'est laissé photographier.


Partager cet article
Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 18:57
Lorsque la fleur est prête, les bractées s'ouvrent.
Le premier matin, les fleurs de la périphérie de l'inflorescence s'ouvrent
.



Les cinq étamines soudées en tube produisent du pollen pendant 2h environ puis deviennent stériles.
Plus tard, l'organe femelle se déploie, son rôle : capter le pollen dans ses poils pour féconder la fleur.

Le soir les inflorescences se referment et ce ballet dure deux ou trois jours puis le pissenlit ne s'ouvre plus pendant une bonne semaine.



Après quelques jours, le bouton de pissenlit à mauvaise mine. En fait, s'il ne s'ouvre plus c'est pour préparer et protéger les métamorphoses de ses fleurs.



L'ovaire fécondé grandit et devient très dur. Son sommet s'allonge et repousse vers le haut les pappus ( petites soies noires qui décorent la base de la fleur). En une semaine, la fleur se transforme en graine.



Quand tout est prêt, le pissenlit change d'allure. La tige grandit encore et laisse apparaître une tige nue avec des graines qui seront dessiminés au gré du vent.






Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 18:36
D'après l'affiche du film : "Juste après la neige" d'Anne et erik Lapied ... A voir sans modération !! En attendant la sortie en juillet du dernier film de la trilogie :
"La vallée oubliée des hommes".

Le site :

http://www.lapiedfilm.com/





Version encre de chine





Version mine de plomb




Version aquerelle
Partager cet article
Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 16:17
Après la première tonte printanière du jardin (une des seules car ici, c'est prairie naturelle ! ), c'est assez surprenant de voir éclore quelques jours après une multitude de taches jaunes un peu partout : Les pissenlits se réveillent !!



Le pissenlit, c'est la "plante précoce" du printemps, celle qui d'antan permettait aux miséreux de survivre à l'hiver en la consommant.



C'est une plante médicinale connue depuis longtemps. En 1600, Olivier Serre la rebaptise "pisse en lict" soulignant par là son coté de stimulant rénal.
Ses appelations populaires tournent autour de cela : "pisse au lit", "pissiou ô lî", "pisse chien".

Le pissenlit est un tonique amer, drainant et nettoyeur. Toutes ses parties sont utilisées : les feuilles pour la cuisine, les racines pour le côté médicinal.



La racine de pissenlit est un véritable cholagogue ( stimule la production de la bile - cholérétique - et favorise son évacuation - cholékinétique - ). elle est donc excellente pour nettoyer le foie tout en soutenant les reins.

Les feuilles et la racine sont riches en phosphate de fer qui est une forme assimilable du fer par l'organisme.
C'est également un dépuratif sanguin qui aide à réduire les excès d'acide urique améliorant jambes lourdes, varices et hémoroides.



Lorsque l'on coupe une tige de pissenlit, un liquide blanc caoutchouteux apparait : "le lait du diable ". Son utilité : maintenir la tige de la fleur droite.

Au début du XIX siècle, la culture du pissenlit se développe et s'accroit. La France exporte à cette époque quelques dizaines de tonnes de racines.
Dans un premier temps, le pissenlit est consommé comme aliment puis la mode de la "taraxothérapie" va augmenter la quantité cultivée afin de vendre plus de racines.



Une rosette de pissenlit vit 4 ou 5 ans, elle fleurit chaque année.
Un bourgeon apparait au centre et se developpe, grossit pendant deux semaines ensuite la tige pousse à une très grande vitesse : 10 à 15 cm en 2 jours puis la fleur s'épanouit.



Le pissenlit est un lève tard et un couche tôt. Les bractées ( feuilles protectrices ) s'ouvrent lorsque la lumière et la chaleur est suffisante. Elles laissent la fleur s'épanouir en une heure maximum.



Dès que le soleil faiblit, la bractée se referme sur les fleurs.



Ce que communement nous appelons "fleurs" chez le pissenlit est une inflorescence formée de150 à 300  fleurs minimales serrées les unes contre les autres.



Le pissenlit appartient à la famille des composées.
Ce système est avantageux car lorsqu'une abeille visite une inflorescence, elle peut féconder plusieurs centaines de fleurs d'un coup.



Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 15:35
Communiqué de presse : 3 avril 2009


104 associations de protection de la Nature communiquent :

MAIS OUI, MONSIEUR BORLOO, LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ S’IMPOSE A TOUTES LES ACTIVITÉS. Y COMPRIS A LA CHASSE


 
Les associations de protection de la nature signataires dénoncent la dérive pro-chasse du Ministre de l’Écologie, de l’Energie, du développement durable et de l’Aménagement
du territoire. Dérive qui de toute façon ne contentera pas les chasseurs qui n’en ont jamais assez. La preuve, JL Borloo vient d’en faire la triste expérience ce samedi 21 mars, où les chasseurs sont venus manifester violemment dans sa propre ville.

À l’approche des élections européennes le Ministre chargé de l’Écologie a annoncé une série de mesures et de promesses en faveur de la chasse et des chasseurs :

- extension de la période de chasse
- recul sur le statut des espèces « nuisibles »
- création d’une contravention d’entrave à la chasse
- facilitations financières des fédérations


Le ministre chargé de l’Écologie a pris ces mesures et ces engagements à l’issue de plusieurs rencontres particulières avec les dirigeants de la chasse (fédération nationale de la chasse, association nationale des chasseurs de gibier d’eau, union nationale des piégeurs agréés de France), auxquels il a fait allégeance pour des motifs électoraux et sans aucune concertation avec les associations de protection de la nature.
 
Les associations de protection de la nature signataires :
 
- condamnent sans réserve la confiscation de la faune sauvage par les chasseurs ;
 
- dénoncent les tentatives de communication du Ministre de l’Écologie destinées à faire croire à l’opinion que ces mesures sont le fruit d’une concertation avec les associations de protection de la nature alors qu’elles ne sont en rien issues de la table ronde chasse.
 
- n’accepteront pas une remise en cause du statut d’espèces protégées
 
- demandent une véritable politique de préservation de la diversité biologique comportant une réglementation de la chasse plus respectueuse de l’environnement, notamment la suspension de la chasse des espèces « gibier » en mauvais état de conservation
 
- dénoncent la nouvelle loi chasse en préparation, qui sera la 8ème loi chasse depuis 1994 après celle du 18 décembre dernier ! Les parlementaires français ont sans doute mieux et plus urgent à faire que de donner cadeaux législatifs sur cadeaux législatifs aux chasseurs ;
 
 

Contacts presse : Pierre ATHANAZE : 06 08 18 54 55
                            Michel METAIS : 06 08 17 16 77
                            Dominique PY : 06 88 20 34 21


 
Associations signataires : 4 continents pour les Tigres, A pas de Loup, ADEO Animalis, AOMSL, APIE, Arnica Montana, ASPAS, Association de protection du confluent de la Loire et de l’Allier, Autun Nature Ecologie, AVES France, Bretagne Vivante, C.H.E.N.E, CAPEN 71, Centre ATHENAS, Charente Nature, Comité Ecologique Ariégeois, Connaissance & Protection de la Nature du Brabant,
CIAPP, CORA Ain, CORA Ardèche, CORA Faune Sauvage, CORA Rhône, CORA Savoie, CPEPESC, CVN, DECAVIPEC, Deux-Sèvres Nature Environnement, Direction Nature, EDM, Essonne Nature Environnement, Eure-et-Loir Nature, Fédération Allier Nature, Fondation Brigitte Bardot, France Nature Environnement, Franche-Comté Nature Environnement, FRAPNA, FRAPNA Ardèche, FRAPNA Drôme, FRAPNA Loire, FRAPNA Rhône, FRAPNA Savoie, FRAPNA Haute Savoie, Groupe d’Etude des Mammifères de Loraine, Groupe Mammalogique d’Auvergne, Groupe Ornithologique des Deux Sèvres, Groupe Ornithologique et Naturaliste du Nord - Pas-de-Calais, Groupe ornithologique normand, IDAE, Ile de France Environnement, Jura Nature Environnement, La Maison des Insectes, Le Varne, LFDA, Ligue ROC, Loire Vivante Nièvre Allier Cher, Loiret Nature Environnement, LPA de Calais, LPO, LPO Aisne, LPO Alsace, LPO Aquitaine, LPO Audomarois, LPO Auvergne, LPO Champagne-Ardenne, LPO Charente Maritime, LPO Drôme, LPO Haute-Normandie, LPO Haute-Savoie, LPO Hérault, LPO Isère, LPO Loire, LPO Loire-Atlantique, LPO PACA, LPO Tarn, LPO Vendée, Luberon Nature,Mayenne Nature Environnement,  Meles, Meuse Nature Environnement, Mille Traces, Mirabel-Lorraine Nature Environnement, Nature Centre, Nord Nature Environnement, Oiseaux-Nature, One Voice, Orgambidexka Col Libre, OUSIA, être(s) humain(s) sur la Terre, Perche Nature, Picardie Nature, Poitou-Charentes Nature, Pôle Grands Prédateurs , RAC, Raiponce, Sauvegarde Faune Sauvage, SEPANSO, SEPANSO Béarn, Serre Vivante, SFEPM, SNPN, SOS Rivières Environnement, St Paul de Varces Nature, UMINATE 65, Veg Asso, Vienne Nature
Partager cet article
Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 19:30


Marne la vallée été 2007

Mardi 31 mars, une dizaine d'hirondelles des fenêtres étaient en train de voler au dessus de l'Isère sur le pont de pontcharra


Marne la vallée été 2007
Partager cet article
Repost0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 19:30
les forthysias sont en fleurs, les feuilles des noisetiers et des arbres commencent à exploser.



Nous sommes vraiment dans une période de transition où les insectes commencent à sortir : guêpes, osmies, mouches, papillons ..... et les oiseaux sont encore très présents à la mangeoire. Les milans sont de retour, de même que les rougequeues qui parcourent leur territoire de cheminées en cheminées.



Un merle noir a choisi le thuya devant le balcon comme perchoir pour chanter si bien que nous nous endormons et nous reveillons au son de ses vocalises. La concurrence est rude et ce n'est pas rare de voir un rival s'approcher en chantant ce qui se termine immanquablement par une course poursuite.




Dans la série tout se transforme, rien ne se perd, les crapauds qui n'ont pu traverser vivants la route sont recyclés en viande fraiche pour les corneilles.







Avec le printemps et la reproduction, nombres d'oiseaux vont changer de régime et passer d'une dominante granivore à une dominante carnivore. Un ornithologue raconte avoir vu un couple de pie attaquer un merle, le tuer, le dépecer et transporter ses morceaux dans un de leur nid. Il semblerait que les pies fassent des réserves de viande.


Partager cet article
Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 21:04
Grand soleil un peu frais ce dimanche donc la sortie prévue au cinéma se transforme en une balade pour voir où en sont les oiseaux du lac du Bourget.

En arrivant à l'observatoire vers le chateau de Thomas II, nous sommes acceuillis par un magnifique rat ( Rattus sp )qui visiblement n'a ni peur de nous ni peur du chien ..



Nous hésitons un peu à monter mais comme il ne semble pas belliqueux on y va .... et il nous suit tranquillement. Il m'observe lorsque j'installe la lunette puis essaie de monter sur le pied, cherche à rentrer dans notre sac, viens sentir le museau du chien ou le bout de nos chaussures.





Il est brun/noir sur le dessus et blanc dessous, le fait qu'il soit aussi peu craintif et que des enfants l'ont pris dans leurs mains me fait penser que c'est un rat domestique abandonné.




Du coté des oiseaux, c'est une période de transition car les hivernants sont en partie remontés vers le nord et les arrivants estivaux ne sont pas encore ici.

Les couples de hérons cendrés ( Ardea cinerea ) sont formés et les nids sont occupés par les futurs parents.



Une grande aigrette ( Ardea alba ) est en chasse au bord de l'étang.





Du coté des canards et autres, on trouve de nombreux canards colverts ( Anas platyrhycos )en couple, des canards souchets ( Anas clypeata ) , des canards siffleurs ( Anas penelope ).


Canard souchet



Cane colvert

Il reste quelques sarcelles d'hiver ( Anas crecca )




Les cormorans ( Phalacrocorax carbo ) sont toujours aussi nombreux. certains sont tachetés de blanc donc nidifiants.


Un goéland leucophée ( Larus michahellis )sur un ilot au milieu de l'étang.


Il se différencie du goéland argenté par ses pattes de couleurs orange ( roses pour l'argenté )




Les fuligules milouins ( Aythya ferina ) ont disparus, il reste quelques couples de fuligules morillons ( Aythya fuligula ).






En repartant autour du chateau, nous avons découvert une patte avant de sanglier ( Sus scrofa ) ...


Les pinces des sabots sont ici bien visibles



Les gardes ici sont très importantes, ce sont elles qui sont marquées derrière l'empreinte des sabots. elles forment donc une empreinte en 4 éléments.


En repartant par le port du Bourget du lac, en plus des foulques ( Fulica atra ) et grebes huppées ( Podiceps cristatus ), nous avons pu obserbver un couple de Harles bievres ( Mergus merganser ).


La femelle




Le mâle


Partager cet article
Repost0