Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 18:20

w<

pano

 

 

 

 

Sans titregrand charnier1

 

 

 

 

grand moulin

 

 

 

 

grnad charnier

 

 

 

 

 

pano2

Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 07:23

 

La zone des plages de sable et de la dune est constituée principalement de dépots de sables marins où se développe quelques espèces spécifiquement bretonnes.

 

P1350798photoal

 

 

Vue de la zone dunaire à Rudoloc


 

Ce milieu est dynamique c'est à dire qu'il subit des processus d'accrétion et d'érosion de matériaux meubles et non cohérents.

Il s'ensuit une zonation végétale de la plage au continent. Chaque partie de la zonation est caractérisée par un ensemble de facteurs écologiques d'intensité variable en fonction de la proximité de la mer et des saisons.

 

Les hauts de plage.

 

 

haut de plage

 

 

 

Le haut de plage correspond à la zone de dépot des laisses de mer pendant les hautes mer vives et les eaux des marées d'équinoxe.

En dehors de cette période, il y a décomposition des algues et donc apport nutritionnel pour le développement de plantes à cycle court telles que : la roquette de mer, l'arroche des sables, la soude brulée.

Ces plantes sont dites halonitrophiles car elles aiment les sols riches en sel et azote.

 


 

chou marin

 

Chou marin ( Crambe maritima )

 

 

 

cakilier maritime2

 

Cakilier maritime ( Calike maritima )

 

 

 

pourpiers

 

Pourpier ( Honckenya peploides )

 

 

oyat

 

Oyat (Ammophila arenaria )

 

 

arroche de bagbinton

 

 

Arroche de babington (Atripex glabriuscula )

 

 

La dune blanche fixée

 

 

Vient ensuite la dune blanche fixée.

 

oyat et chiendent

 

 

Oyats sur la dune fixée.


Sur cette dune, le sable est mobile et se déplace sous l'action du vent qui empêche la végétalisation.

La végétation se fixe par le bas par une première ceinture formée par le chiendent des sables et une seconde ceinture en haut formée par les oyats.

On trouve parmi ces deux ceintures des espèces fixatrices telles que : le liseron des dunes, le plantain lancéolé, le chardon bleu.

 

Ce milieu est extrémement fragile et très sensible au piétinement. A Kerlouan cette zone est entièrement délimitée pour éviter que les gens y pénètrent.

 

 

panicaut2

Panicaut de mer ( Eryngium maritimum )

 

 

detail fleur panicaut

 

 

Fleur de panicaut de mer ( Eryngium maritimum )

 

 

giroflee

 

 

Giroflée des dunes ( Matthiola sinuata )

 

 

 

fleur giroflee

 

 

Fleur de giroflée

 

 

  La dune grise

 

 

La dune grise est naturellement fixée. Elle tient son nom au fait qu'une couche organique grise est observable à la surface du sol.

 

A Rudoloc, elle constitue la zone de sentier aménagé et le niveau supérieur du camping.

 

 

dune blanche

Limite dune blanche, dune grise

 

Cette zone sableuse est riche en débris de coquillages, ce qui permet le developpement de plantes calcicoles.

 

C'est sur la dune grise que l'on trouve les fours à goémon ainsi que le tas de goémon sec.

 

C'est une zone riche en plantes.

 

lotier

Lotier corniculé ( Lotus corniculatus )

 

serpolet

 

Serpolet ( Thymus serpyllum )

 

chardon

 

 

Chardon

 

orchisdunegriseal

 

 

Orchys

 

La zone des fourrés et de la dune noire.

 

 

C'est la zone à l'arrière des dunes où on trouve des paysages variés constitués surtout des fourrés et des arbustes tels que des troènes, des pins etc....

 

eglantine

Eglantier

 

 

buissons torenes

 

 

Arrière de la dune, zone des buissons

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 09:11

Je n'étais pas retourné à Kerlouan depuis deux ans. En deux ans de nombreux aménagements du rivage ont été faits ou continués.

 

En effet, la frange littorale est soumise aux attaques répétées des tempètes parfois violentes ces dernières années, ci bien que la dune recule ce qui n'est pas sans poser de problèmes aux routes et maisons.

 

pano plage

 

Le littoral de Kerlouan : Du sable et des rochers

 

Pour lutter contre cela, des enrochements ont été mis en place ainsi que des ganivelles.

 

enrochements

 

 

Enrochements en fond de plage pour proteger les maisons.

 

Les accès à la plage de Rudoloc ont été équipés d'escaliers, sur le dessus de la dune des chemins d'accès ont été tracés délimitant des zones où on ne peut marcher.

 

phal zone protection dune


Zone de non piétinement sur la dune ( photo Alisson ) 

 

 

Le littoral de Kerlouan est surtout dunaire, on y trouve également des zones de rochers et de galets ainsi qu'une zone marécageuse.

 

 

Zone de rochers et de galets :

 

 

Le granite érodé en énormes blocs et en galets forme cette zone.

Ces rochers sont situés à la limite des marées de vivres eaux et sont soumis à la projection d'eau salée.

 

On trouve ici  une multitude de lichens avec de bas en haut :

 

Des lichens marins

Une ceinture noire formée par des lichens crustacés de type verrucaria

Une ceinture orangée avec des lichens du genre Xanthoria ou Caloplaco.

 

 

zonation lichen al

 

Sur le rocher à droite, on remarque la zone noir des lichens crustacés surplombée par les premiers lichens orange.(photo Alisson)

 

Xanthoria parietina et Ramalina siliquosa

 

  Xanthoria parietina et Ramalia siliquosa, deux lichens de la ceinture orange.

 

On y trouve également un certains nombre de plantes caractéristiques comme l'oeillet marin, l'orpin d'angleterre, le pavot cornu. 

 

 

oeillet marin1

 

 

Oeillet marin ( Armeria maritima Willd )

 

 

Pavot cornu

 

 

 

Pavot cornu ( Glaucium flavum Crantz )

Partager cet article
Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 15:44

Décidemement pour ce gouvernement et ses représentants TOUT est irrespectable du moment que ca peut rapporter des bulletins de vote :-(

 

 

 

 

 

Communiqué de presse
Le 30 juin 2010

 

 


Lettre ouverte adressée au préfet de la Côte d’Or, cosignée par 71 associations
Massacre de blaireaux :
Côte d’Or, Côte d’Horreur !


En mars dernier, le préfet de la Côte d’Or a pris des arrêtés ordonnant la capture et la «régulation» de blaireaux sous le prétexte de dépister et lutter contre la tuberculose bovine, pouvant être véhiculée par le mustélidé. À ce jour ce sont plus de 2050 individus qui auraient été exterminés par les chasseurs, piégeurs, déterreurs et lieutenants de louveterie du département. 71 associations de protection de la nature s’insurgent contre cette véritable opération de destruction massive en adressant une lettre ouverte au préfet, en cette année déclarée « année nationale de la biodiversité ».

Certes, le problème de la tuberculose bovine doit être résolu. Cependant, en France, cette maladie n’est qu’anecdotique chez le blaireau. Des études scientifiques (1)
ont démontré que non seulement la destruction de blaireaux n’enraye en rien la maladie, mais qu’au contraire, elle augmenterait l’incidence de la tuberculose bovine sur le cheptel bovin ! Le Conseil de l’Europe (2), pour sa part, a indiqué qu’« On peut douter que l’élimination des blaireaux ait une utilité, et l’on ne devrait certainement pas y recourir » et qu’« On ne doit jamais procéder à l’élimination générale des blaireaux. »
 
Vu la vitesse d’éradication de l’espèce sur le département, l’avenir du blaireau en Côte d’Or est indiscutablement en péril. La période de destruction a débuté lors de la saison de reproduction et s’est même poursuivie pendant la période de sevrage des jeunes. Suite à un tel recul des effectifs, comment rétablir une densité de population normale et viable de l’espèce alors que la dynamique de population est connue pour être faible ? Si des mesures qui semblent disproportionnées ont été prises à l’encontre du blaireau, il n’en est pas de même vis-à-vis d’autres usages qui pourtant sont de très forts vecteurs de la tuberculose bovine. En effet les entrailles des chevreuils laissés dans la nature par les chasseurs (animaux abattus et dépecés sur place) ou la libre circulation de vaches et de taureaux de troupeaux en troupeaux représentent une menace bien plus importante.
 
Précisons aussi que le blaireau, inscrit à l'annexe III de la Convention de Berne, est une espèce protégée dans la plupart des autres pays d’Europe. Au lieu de confier cette mission aux services vétérinaires en lien avec les scientifiques et les associations de protection de la nature dans le but de lutter pacifiquement et efficacement contre la tuberculose bovine, ce sont les chasseurs (dont les motivations sont certainement tout autres...) qui se voient autoriser à tuer, sans limite, les blaireaux.
 
Aussi, nos 71 associations demandent instamment au  préfet de la  Côte d’Or de bien vouloir mettre fin à la plus grande destruction de blaireaux qui ait été entreprise en France. La lutte contre la tuberculose bovine n’en sera pas affectée si les vraies mesures prophylactiques sont réellement mises en place.

Contacts presse :  Pierre Athanaze, Président de l’ASPAS, tél. : 06 08 18 54 55

Rassemblement Anti Chasse, e-mail : communication@antichasse.com

Christian Mayade : LPO Côte d’Or
, tél. : 03 80 56 27 02

Virginie Boyaval : Meles, tél. : 06 24 94 35 09

Gérard Charollois, Président de la CVN, e-mail : charollois.gerard@free.fr
 

(1) Christl A. Donnelly et al., 2003. Impact of localized badger culling on tuberculosis incidence in British cattle. Nature 426 : 834-837
(2) Huw I. Griffiths & David H. Thomas, 1998. La conservation et la gestion du blaireau d’Europe (Meles meles). Sauvegarde de la nature n°90, Conseil de l’Europe : 84p.

Associations cosignataires :A Pas de Loup, Adeo Animalis, APIE, ASPAS, Association I.D.A.E., Association MELES, Association SEVE, Association Végétarienne de France, Autun Morvan Ecologie, AVES France, Borda, Centre Athénas, CHENE, CLAM, Code Animal, Combactive, Comité Ecologique Ariégeois, Connaissance & Protection de la Nature du Brabant, Convention Vie et Nature, CORA Faune Sauvage, CORA-Rhône, CPEPESC, Dignité Animale, Doubs Nature Environnement, Droits Des Animaux, FERUS, Fondation 30 Millions d’Amis, Fondation Assistance aux Animaux, Fondation LFDA, Fourrure Torture, France Nature Environnement Hautes-Pyrénées, Franche-Comté Nature Environnement, Groupe Mammalogique Normand, JardinRefuge, Jura Nature Environnement, L214, LausAnimaliste, Le Pic Vert, L'empreinte, Les Naturalistes Rhodaniens, Loiret Nature Environnement, LPO Drôme, Maison de l'Espoir, Mayenne Nature Environnement, Mille-Traces, Natagora, Naturalistes Chapellois, Nature et Humanisme, Notre Dame de Toute Pitié, Oiseaux-Nature, One Voice, OUSIA, Perche Nature, Philippe Hervieu au nom du groupe Europe écologie au conseil régional de Bourgogne, Rassemblement Anti Chasse, Refuge de l'Arche de Noé, Respect et Défense des Animaux, Sauvegarde de la Faune Sauvage, SECAS, Secourisme Animalier, Serre Vivante, SFEPM, SHNPM, SNDA, Société Nationale de Protection de la Nature, SOS Rivières Et Environnement, SPA Marseille Provence, Territoire de Belfort Nature Environnement, Ultimathera 21, VegAsso.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 19:17

Sortie de fin d'année au parc de Merlet avec les élèves.

C'est la cloture d'un projet pédagogique autour de la faune de montagne et donc l'occasion de voir quelques spécimens en vrai et de près !!

 

bossons

 

 

 

On a eu de la chance au niveau météo : une fenètre sans pluie juste pour la visite.

Le parc de Merlet, c'est au dessus des Houches dans la vallée de Chamonix. C'est un parc fermé où évoluent des chamois, des bouquetins, des marmottes, des daims ....

 

 

Le site internet :

 

http://www.parcdemerlet.com/

 

 

bouq

 

 

 

 

Bouquetin2

 

 

bouqportrait

 

 

 

boutete

 

 

 

bouquetinnourrisage

 

 

paturebouqu

 

 

 

chamoisbb

 

 

 

bbchamois

 

 

 

daim

 

 

 

marmotte

 

 

 

mouflon

 

 

 

mouflon1

 

 

 

mouflon3

 

 


Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 09:14

Cela date de dimanche dernier ..... Quel contraste avec le temps de ce dimanche !!

 

paysage

 

 


Un parcours rapide sur les crêtes afin de sortir malgré le mauvais temps ! Ce qui sommes toutes est bien agréable puisqu'on a rencontré personne tout au long des deux heures de promenade.

 

arretes brouillard

 

 

 

Ambiance très automnale voire hivernale  pour un 21 juin. Aux abords des crêtes ca gèle ca grèle !

 

 

glace et givre2

 

 

 

 

 

 

aiguille givre2

 

 

 

detail aiguille

 

 

 

 

Nous n'avons pas vu d'animaux, mais des fleurs qui ont eu froid, certaiens gelées auront du mal  s'en remettre.

 

Les rhododendrons commencent à fleurir

 

rhoro

 

 

bouton rhodo

 

 

 

Il y avait beaucoup de bugles

 

bugles

 

 

 

bugle en pyramide

 

 


Près des crêtes les anémones sont en boutons.

 

anemone boutons

 

 

On remarquera les nombreux poils sur les deux dernières fleurs. C'est une des adaptations à la sécheresse, les poils retenant l'humidité et empechant une transpiration excessive de la plante.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 20:02

Insectes du marais d'Aiguebelette près de l'atérro des parapentes.

 

demoiselle

 

Agrion à large patte ? ( Platycnemis pennipes )


abeille

 

 

 

bourdon

 

 

 

papillon

 

Cuivré des marais ( Lycaena dispar )

 

papillon2

 

 

ppillon3

 

 

 

papapillon

 

 

Nacré sp


Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 20:38

 

sabot venus

 

 

C'est une plante de la famille des orchidées. Le Cypripedium calceolus a plusieurs noms d'usage : Le sabot de Venus, le sabot de la vierge, la pantoufle de Notre Dame car cette fleur est la réplique exacte de la pantoufle que portait la Vierge lorsqu'elle est apparue à une jeune bergère à La Salette.

 

profil

 

 

C'est une plante de 20 à 60 cm qui fleurit de mai à juillet.

Sa tige est verte et velue et comporte 3 à 5 feuilles ovales et plissées longitudinalement.

Les grandes fleurs sont solitaires ou par 2, beaucoup plus rarement par 3.

Les tépales sont brun pourpré. Les extérieurs sont lancéolés et torsadés. Les deux intérieurs sont soudés.

Le labelle est jaune vif luisant et renflé en forme de sabot.

 

detail labelle

 

 

 

Le sabot de Venus produit des phéromones. Une petite abeille femelle croit sentir un mâle. Elle entre dans le sabot, est prise au piège ... la seule issue passe par un couloir où elle se charge de pollen. Un peu plus loin elle est à nouveau piégée et en ressortant elle dépose le pollen sur les stigmates d'une autre plante.

 

detail labelle1

 

 

 

L'abeille assure donc l'insémination naturelle de la plante. Son travail est indispensable pour la production de graines par la plante. De plus pour germer la graine a besoin d'un champignon microscopique présent dans l'humus forestier.

 

double fleur

 

 

 

Un sabot de Venus met entre 8 et 15 ans pour fleurir !

 

C'est une plante qui a besoin de calcaire pour pousser.

On va donc la trouver dans les parties claisemées de forêt où le dépot d'humus ne fait pas écran avec la roche mère calcaire.

Elle se développe de l'étage collinéen à l'étage subalpin.

 

bouton

C'est une plante qui souffre du boisement des clairières et de la densification du couvert forestier.

 

Elle est protégée :

 

Protection nationale annexe 1

Convention de Berne annexe 1

Directive habitats annexes I et IV

Livre rouge nationale tome II

 

La protection nationale annexe 1 la protège sur tout le territoire national sauf les parcelles habituellement cultivées.

 

Est interdit :

 

La destruction, la coupe, la mutilation, l'arrachage, la ceuillette ou l'enlèvement, le colportage, l'utilisation, la mise en vente, la vente ou l'achat de tout ou partie d'un spécimen.

 

groupe sabot

 

 

 

Les photos ont été prises sur 9 stations différentes sur une zone de 5 km2.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 18:21

Un insecte magnifique pris dans les rideaux à la maison : Un ichneumon.

 

icheumon2

 

 

Cet insecte est un hyménoptère parasite. Il joue un rôle important dans la régulation des populations d'insectes car les femelles pondent dans le corps ou à coté de leurs hôtes avec leur ovopositeur.

 

ichceumon3

Beaucoup d'espèces d'ichneumons possèdent un ovopositeur toujours visible.

 

ovopisiteur


Chez les espèces qui parasitent les larves du bois, pour trouver leur hôte, les femelles palpent avec leurs antennes ( siège de l'odorat ) la surface du bois. Elles repèrent les larves qui vivent dans le bois à l'odeur. Quand elles en ont repéré un, elles positionnent leurs antennes sur le bois, et l'ovopositeur en relevant son abdomen et percent le bois en tournant sur elles même. L'ovopositeur s'enfonce dans le bois et lorsque la larve est repérée elles  pondent son oeuf dedans.

 

icheumon

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 19:12

Ce matin en garant la voiture au boulot, j'ai remarqué une hirondelle rustique au sol près d'une flaque d'eau.

 

hirondelle1

 

 

 

Je suis resté un moment dans la voiture pour voir ce qu'elle faisait. En fait elles étaient deux et leur manège était bien organisé :

Une hirondelle cherche contre un mur de la paille, des brindilles ou des fils divers, ensuite elle vient à la flaque de boue et trempe sa récolte dans la boue puis elle s'envole vers son nid en construction ou restauration quand elle a une bonne boulette.

L'autre fait le même circuit et ainsi de suite .....

 

hirondelle2

 

 

hirondelle3

 

 

hirondelle4

 

hirondelle5

 

 

hirondelle6

Partager cet article
Repost0