Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 11:49

Insécurité due à la chasse :
Les accidents de la semaine (n°1)

 

Pas une semaine depuis l’ouverture de la chasse, sans que ne se produise un accident ou un incident liée à cette pratique. L'ASPAS a recensé encore ces derniers jours un nouveau mort et de nombreuses exactions ou pressions contre les médias.

Insécurité :
  • Le 16 septembre, un cycliste a été blessé sérieusement à la gorge alors qu’il circulait près de la Forêt de Rennes, seulement deux heures après l’ouverture de la chasse dans ce département.
  • Le 22 septembre, un jeune chasseur de 29 ans succombait à une blessure due à une mauvaise manipulation de son fusil, en Lot-et-Garonne.
L’ASPAS rappelle que ce n’est pas en autorisant des milliers d’hommes armés à arpenter la campagne française pour leur plaisir tous les jours de la semaine pendant plus de 6 mois que les risques seront réduits. Notre association demande d’urgence l’arrêt de la chasse le dimanche, jour de la semaine où se produisent plus de la moitié de ces accidents.
 
Impunité :
  • Rappel : en novembre 2012, un chasseur de 82 ans blessait deux promeneurs dans le Périgord, dont un grièvement au thorax, après un manquement aux règles de sécurité. Devant le tribunal correctionnel de Périgueux le 5 septembre dernier, il a été condamné à une simple interdiction de détenir une arme pendant cinq ans, à un retrait du permis de chasser et à une interdiction de le repasser pendant autant d’années.
  • Le 11 novembre 2012, une balle de gros calibre destinée à un sanglier termine sa course dans un salon, à Saint-Astier (24) sans faire heureusement de victime. Une nouvelle fois le chasseur n’avait pas respecté les règles de sécurité en tirant dans la direction d’une habitation. En septembre 2013, l’auteur des faits sera simplement condamné à 1 000 euros d’amende avec sursis.
     

 

Les chasseurs qui prennent les armes chaque jour doivent assumer les risques inhérents à leur dangereux « loisir ». Tout comme le chef de battue, le président de la société de chasse ou le président de la fédération départementale des chasseurs, tous considérés comme juridiquement non responsables en cas d’accident survenu dans une manifestation dont ils sont les organisateurs. Ce cas est unique dans les activités de loisirs !
 
Intimidation et pression :
  • Le 9 août dernier, à Hondschoote (59), des chasseurs tirent volontairement en direction d’un véhicule dans lequel se trouvent deux ornithologues pour les chasser d’un chemin pourtant public.
  • Le 6 septembre, le Président de l’ASPAS, Pierre Athanaze devait participer à l’émission "Service public" sur France Inter. Les chasseurs ont refusé de débattre en direct avec lui et France Inter a accédé à leur demande, en le remplaçant par le représentant d'une association plus conciliante !
  • Le 16 septembre, Canal + diffusait un reportage dans son émission « Spécial investigation » intitulé « Chasse, le pouvoir du fusil ». Jugé outrancier et caricaturesque par des représentants cynégétiques, les rediffusions de ce reportage seront étrangement annulées par la chaîne cryptée.
L’ASPAS ne peut que déplorer cette censure, ce manque de démocratie et de liberté d'expression.

L’ASPAS demande au gouvernement une refonte de l’archaïque système cynégétique français. Dans une démocratie, il est aujourd’hui inacceptable d’accorder autant de pouvoir à une activité qui concerne moins de 2% de la population et de laisser perdurer ce laxisme omniprésent.

   

Contact presse :

Pierre Athanaze - Président de l'ASPAS : tél. 06 08 18 54 55

 

 

 
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 14:28

L’écologie selon le gouvernement Hollande : 
le retour des battues du 19ème siècle

 

Le ministère de l’Environnement autorise les chasseurs des Alpes-Maritimes et du Var à tuer des loups au cours de leurs battues au « gibier » dans les secteurs concernés par des arrêtés de « tir de prélèvement », sans aucun encadrement officiel. 
 

Y a-t-il encore un ministère de l’écologie en France ?

L’autorisation des battues aux loups est une régression d’un siècle et un coup de poignard dans le dos de la protection de la biodiversité. L’Etat piétine son propre Plan loup 2013-2017 signé en mars dernier, bafoue la protection légale de l’espèce, et s’assoit sur les engagements européens de la France. Nous demandons au Président de la République l’annulation immédiate de cette mesure extrêmement grave et irrecevable juridiquement.

Des destructions incontrôlées

Le Plan loup, déjà défavorable à l'espèce, fixait un plafond de 24 loups pouvant être tués pour l’année en cours. Ce nombre maximal est immédiatement devenu un objectif à atteindre pour les pouvoirs publics et pour certains politiques proches des milieux agricoles. Le constat est déjà fait que ces tirs ne solutionnent rien. Les battues de chasseurs non encadrés sont en plus la porte ouverte à toutes les dérives, alors que les tirs sont déjà mal maîtrisés : une louve allaitant 5 louveteaux a été abattue, un loup a été tiré par des chasseurs sans que son cadavre ait été retrouvé. Il est évident que plusieurs loups pourront être tués ou blessés au cours d’une battue sans qu’on le sache, et sans qu’on puisse avoir aucun contrôle.

 

Le loup ne doit pas être instrumentalisé contre l’intérêt général

Alors que la seule solution viable à long terme passe par un gardiennage efficace des troupeaux et une remise en cause des conduites pastorales inadaptées, le gouvernement s’attaque au loup pour donner des gages aux lobbies de la chasse et de l’agriculture. La filière ovine est économiquement en difficulté. Si la société française fait le choix de maintenir l'élevage ovin en le soutenant avec de l’argent public, on est en droit d’attendre que cette activité soit mise en oeuvre de façon compatible avec les enjeux du 21ème siècle, et avec les attentes de la société en matière de protection de la biodiversité.

  

L’écologie selon le gouvernement Hollande : 
le retour des battues du 19ème siècle

 

Le ministère de l’Environnement autorise les chasseurs des Alpes-Maritimes et du Var à tuer des loups au cours de leurs battues au « gibier » dans les secteurs concernés par des arrêtés de « tir de prélèvement », sans aucun encadrement officiel. 
 

Y a-t-il encore un ministère de l’écologie en France ?

L’autorisation des battues aux loups est une régression d’un siècle et un coup de poignard dans le dos de la protection de la biodiversité. L’Etat piétine son propre Plan loup 2013-2017 signé en mars dernier, bafoue la protection légale de l’espèce, et s’assoit sur les engagements européens de la France. Nous demandons au Président de la République l’annulation immédiate de cette mesure extrêmement grave et irrecevable juridiquement.

Des destructions incontrôlées

Le Plan loup, déjà défavorable à l'espèce, fixait un plafond de 24 loups pouvant être tués pour l’année en cours. Ce nombre maximal est immédiatement devenu un objectif à atteindre pour les pouvoirs publics et pour certains politiques proches des milieux agricoles. Le constat est déjà fait que ces tirs ne solutionnent rien. Les battues de chasseurs non encadrés sont en plus la porte ouverte à toutes les dérives, alors que les tirs sont déjà mal maîtrisés : une louve allaitant 5 louveteaux a été abattue, un loup a été tiré par des chasseurs sans que son cadavre ait été retrouvé. Il est évident que plusieurs loups pourront être tués ou blessés au cours d’une battue sans qu’on le sache, et sans qu’on puisse avoir aucun contrôle.

 

Le loup ne doit pas être instrumentalisé contre l’intérêt général

Alors que la seule solution viable à long terme passe par un gardiennage efficace des troupeaux et une remise en cause des conduites pastorales inadaptées, le gouvernement s’attaque au loup pour donner des gages aux lobbies de la chasse et de l’agriculture. La filière ovine est économiquement en difficulté. Si la société française fait le choix de maintenir l'élevage ovin en le soutenant avec de l’argent public, on est en droit d’attendre que cette activité soit mise en oeuvre de façon compatible avec les enjeux du 21ème siècle, et avec les attentes de la société en matière de protection de la biodiversité.

 

Pour en finir avec les mensonges !!!

Partager cet article
Repost0
Published by Zorglub - dans Coup de gueule
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 08:10

  Vautours fauves : halte aux polémiques !

Ces dernières semaines, nous assistons à un emballement irraisonné autour de supposées "attaques" de vautours fauves (Gyps fulvus). Pour la FRAPNA et la LPO, il s’agit d’une polémique qui n'est pas justifiée dans la mesure où ces animaux n'ont ni les capacités physiques ni les comportements adaptés pour leur permettre de "s'attaquer" à des animaux sains et en pleine possession de leurs moyens.

Les vautours fauves, jadis répandus dans une grande partie de l'Europe occidentale ont été persécutés comme la plupart des grands rapaces. Protégés à la fin du XX ème siècle, ils ont bénéficié de plusieurs opérations de restauration dans les Alpes et le Massif central. En Rhône-Alpes, ils sont aujourd'hui nicheurs dans le Vercors et les Baronnies. Nécrophages exclusifs, ils se nourrissent d'animaux sauvages ou domestiques, morts.

Très exceptionnellement, des animaux malades, blessés, très affaiblis ou en grande difficulté et incapables de se mouvoir peuvent être consommés ante mortem ; les vautours fauves anticipant la mort.

Les faits relatés récemment en Savoie (alpage de Montdenis) et en Drôme (commune de Plan-de-Baix) entrent pleinement dans le cadre de ces cas exceptionnels : enterotoxémie bovine pour la Savoie et mise bas pathologique avec veau mort né pour la Drôme.

page1image12704 page1image12864

Service d'équarrissage naturel : deux exemples

Dans la Drôme, il existe deux services d’équarrissage naturel gérés par le Parc naturel régional du Vercors et l’association “Vautours en Baronnies”. Ces deux services éliminent chaque année, grâce aux vautours libres, 140 (cent quarante) tonnes d’ovins et de caprins morts et les collectes desservent 150 à 200 éleveurs.

A cela s’ajoutent les placettes d’équarrissage particulières, agréées, situées sur les terrains d'éleveurs volontaires et des dizaines de tonnes de cadavres sont éliminés chaque année sur les zones d’estive, prévenant ainsi des risques de pollution des sources et rivières.

page1image19800

Pour mettre un terme à la polémique, la FRAPNA et la LPO demandent à l’Etat la mise en œuvre de procédures harmonisées afin que des expertises vétérinaires indépendantes puissent avoir lieu en cas de doutes manifestés par l’éleveur et que leurs résultats soient rendus publiques. Un courrier dans ce sens a été envoyé le 10 juillet 2013 aux Préfets des Régions Rhône-Alpes et PACA.

Contacts presse :

LPO Rhône-Alpes : Roger Mathieu 06 30 12 20 52 FRAPNA : Rémi Bogey 06 78 04 36 16

page1image28648

1

NB : le vautour fauve est une espèce inscrite à l’annexe I de la Directive Oiseaux et en annexe II des conventions de Bern, de Bonn et de Washington, en annexe C1 du règlement CEE / CITES. Elle est également classée Rare sur la Liste Rouge des espèces menacées et à surveiller en France (un peu plus d'un millier de couples reproducteurs). 

Vautours fauves : halte aux polémiques !

Ces dernières semaines, nous assistons à un emballement irraisonné autour de supposées "attaques" de vautours fauves (Gyps fulvus). Pour la FRAPNA et la LPO, il s’agit d’une polémique qui n'est pas justifiée dans la mesure où ces animaux n'ont ni les capacités physiques ni les comportements adaptés pour leur permettre de "s'attaquer" à des animaux sains et en pleine possession de leurs moyens.

Les vautours fauves, jadis répandus dans une grande partie de l'Europe occidentale ont été persécutés comme la plupart des grands rapaces. Protégés à la fin du XX ème siècle, ils ont bénéficié de plusieurs opérations de restauration dans les Alpes et le Massif central. En Rhône-Alpes, ils sont aujourd'hui nicheurs dans le Vercors et les Baronnies. Nécrophages exclusifs, ils se nourrissent d'animaux sauvages ou domestiques, morts.

Très exceptionnellement, des animaux malades, blessés, très affaiblis ou en grande difficulté et incapables de se mouvoir peuvent être consommés ante mortem ; les vautours fauves anticipant la mort.

Les faits relatés récemment en Savoie (alpage de Montdenis) et en Drôme (commune de Plan-de-Baix) entrent pleinement dans le cadre de ces cas exceptionnels : enterotoxémie bovine pour la Savoie et mise bas pathologique avec veau mort né pour la Drôme.

page1image12704 page1image12864

Service d'équarrissage naturel : deux exemples

Dans la Drôme, il existe deux services d’équarrissage naturel gérés par le Parc naturel régional du Vercors et l’association “Vautours en Baronnies”. Ces deux services éliminent chaque année, grâce aux vautours libres, 140 (cent quarante) tonnes d’ovins et de caprins morts et les collectes desservent 150 à 200 éleveurs.

A cela s’ajoutent les placettes d’équarrissage particulières, agréées, situées sur les terrains d'éleveurs volontaires et des dizaines de tonnes de cadavres sont éliminés chaque année sur les zones d’estive, prévenant ainsi des risques de pollution des sources et rivières.

page1image19800

Pour mettre un terme à la polémique, la FRAPNA et la LPO demandent à l’Etat la mise en œuvre de procédures harmonisées afin que des expertises vétérinaires indépendantes puissent avoir lieu en cas de doutes manifestés par l’éleveur et que leurs résultats soient rendus publiques. Un courrier dans ce sens a été envoyé le 10 juillet 2013 aux Préfets des Régions Rhône-Alpes et PACA.

Contacts presse :

LPO Rhône-Alpes : Roger Mathieu 06 30 12 20 52 FRAPNA : Rémi Bogey 06 78 04 36 16

page1image28648

1

NB : le vautour fauve est une espèce inscrite à l’annexe I de la Directive Oiseaux et en annexe II des conventions de Bern, de Bonn et de Washington, en annexe C1 du règlement CEE / CITES. Elle est également classée Rare sur la Liste Rouge des espèces menacées et à surveiller en France (un peu plus d'un millier de couples reproducteurs). 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 17:40

Mon carré d'orties est envahi par les coccinelles : des qui font des bébés coccinelles, des qui mangent les pucerons, des qui se transforment en coccinelles, des qui font les larves !

Bref dans mon carré d'orties, y'a pkein de coccinelles !

 

 

Des qui font des bébés !

Des qui font des bébés !

Des qui se transforment en coccinelle !

Des qui se transforment en coccinelle !

Des qui prennent des couleurs !

Des qui prennent des couleurs !

Des qui font les larves !

Des qui font les larves !

Encore une qui fait la larve !

Encore une qui fait la larve !

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 18:56

Communiqué de presse de l'Aspas, Sfepm, Lpo, ferus

Une louve a été tuée le 18/06/2013 sur la commune de Duranus (06), au cours d’une opération de « tir de prélèvement » ordonnée par le préfet des Alpes-Maritimes.

Selon la préfecture dans son arrêté du 31 mai, le tir a été ordonné « pour la protection des troupeaux domestiques », considérant que « les attaques subies par les troupeaux situés [...] sur les communes de Duranus, Lantosque et Lucéram persistent [...] malgré la mise en place des mesures de protection de troupeaux et d’effarouchement du loup».

L’ASPAS, FERUS, la LPO PACA et la SFEPM dénoncent une nouvelle fois le scandale et l’aberration des «tirs de prélèvement ». Ces tirs consistent à tuer un loup possiblement très loin du bétail, sans rapport avec la prédation. Tuer un loup ne sert absolument à rien et n’empêchera pas les troupeaux de subir de nouvelles prédations.

Dans les Alpes-Maritimes, beaucoup de troupeaux sortent toute l’année dans des terrains escarpés et broussailleux. Ce département concentre près de la moitié des prédations sur le bétail alors qu’il ne compte qu’une toute petite minorité des ovins présents dans l’aire de répartition du loup en France. Ce mode de pastoralisme avec des très grands troupeaux souvent mal gardés est-il vraiment adapté ?

Les éleveurs d’ovins à viande sont victimes d’une situation économique de la filière déplorable depuis de nombreuses années. La viande de mouton se vend mal, à perte, et les exploitations de montagne ne survivent que grâce aux subventions publiques qui représentent l’essentiel de leur revenu. Ce choix de société est-il le bon : faut-il s’acharner à faire pâturer des moutons dans les secteurs les plus difficiles tout en refusant toute cohabitation avec la biodiversité dont le loup ?

Pour des pouvoirs publics qui semblent impuissants à résoudre les difficultés économiques de cette filière et le mal-être de certains éleveurs, le loup constitue un bouc-émissaire tout trouvé ! Le « plan loup » mis en place par l’Etat prévoit que pourront être tués 24 loups pour la période 2012-2013... soit 10% de la population de loup estimée en France, alors que cette espèce est censée être protégée par la loi !

Nos associations demandent à l’Etat de mettre fin à ce gâchis absurde et de respecter ses engagements européens de protection du loup (convention de Berne, directive Habitat Faune Flore). Le loup a besoin d’être protégé. La destruction de ces loups ne résoudra aucun des problèmes rencontrés par les éleveurs. Nous demandons aux préfets de ne pas autoriser de tirs de prélèvements de loup.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 17:34

Cet après midi, une jeune chevrette est venue manger dans le champ en face de la maison.

Ca fait plaisir de revoir ces animaux puisque le mauvais temps semblait les avoir éloigné.

Une occasion pour la montrer à Jaouen et pour la dessiner.

Chevrette La Rochette 23 juin 2013 18H45 temps nuageux
Chevrette La Rochette 23 juin 2013 18H45 temps nuageux
Chevrette La Rochette 23 juin 2013 18H45 temps nuageux
Chevrette La Rochette 23 juin 2013 18H45 temps nuageux

Chevrette La Rochette 23 juin 2013 18H45 temps nuageux

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 19:31
Orage du soir -, espoir !
Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 19:38

Le mauvais temps de ces derniers temps a rapporté la neige en altitude et entre deux averses les lumières sont magnifiques.

Au milieu de l'éclaircie

Au milieu de l'éclaircie

Entre deux averses ....
Entre deux averses ....
Entre deux averses ....
Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 23:57

 

 

chamois_recherche.jpg

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:32

 

P1390506

 

P1390502

 

P1390509

Partager cet article
Repost0