Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 18:44
Une troisième espèce de mésange, visite la, mangeoire : la mésange huppée ( Parus cristatus ).

Cette espèce est présente sur la mangeoire lorsque les températures sont les plus basses.

On suppose qu'elle doit être seule car on ne voit jamais deux oiseaux de cette espèce en même temps sur le site.


C'est la seule mésange européenne à présenter une huppe visible même quand elle est repliée.
Le mâle et le femelle sont identiques.
Chez les jeunes, les huppes sont moins développées et ils n'ont pas de collier noir comme les adultes.


La mésange huppée est avant tout un oiseau des forêts de résineux ( pins et épicéas ).
Elle s'installe dans les jardins urbains plantés de résineux.
Cette espèce est bien répartie dans les forêts mixtes.


Elle est présente des régions cotières jusqu'à plus de 2 000 m.
En fonction des milieux, sa densité varie de 2 à 8 couples pour 10 ha ce qui en fait une des espèce les moins communes bien que répandues.
Elle est strictement sédentaire.
On la voit rarement aux mangeoires sauf si celle-ci sont proches des forêts où elles se reproduisent.


La population des mésanges huppées est limité à l'ouest de l'Europe, en gros au nord d'une ligne Malaga Moscou.
C'est une espèce absente des toundras nordiques, des iles britanniques ( sauf quelques forêts écossaises ). Elle est absente également de tout la péninsule Italienne et de toutes les iles méditerranéenne et sur le littoral ouest de la France.
La population européenne compte entre 4 à 15 millions de couples et on estime la population française à 1 million de couples.



La mésange huppée se nourrit d'insectes, d'araignées, de leurs oeufs et de leurs larves, régime auquel on ajoute quelques graines de conifères.
En été, la recherche de nourriture se fait au bout des branches.
En hiver, la recherche se fait plutôt près du tronc des arbres et au niveau du sol.
Les jeunes reçoivent une alimentation animale avant de passer au régime adulte.



Le nid est creusé dans une cavité et agrandie par la femelle. Elle utilise parfois des anciens nichoirs ou des anciens nids de pics qu'elle ne réaménage pas.
La ponte compte de 5 à 7 oeufs entre début avril et mi mai.
L'incubation dure 15 j et l'élevage des jeunes au nid trois semaines.
Il y a parfois 2 nichées par hiver.



Cette espèce du fait de la convention de Berne bénéficie d'une protection totale.
Sa population semble suivre l'extension des plantations de résineux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Zorglub - dans oiseaux
commenter cet article

commentaires